ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


1 commentaire

« Le retour aux sources »

Le retour aux sources

Par, tous les saints, le Ciel, que nous voilà reclus… par le vent de l’Histoire, qui son cours contrarie, boulé à hue à dia à quelque barbarie! Que nous voilà meurtri, que nous voilà perclus!

…Que n’es-tu notre amie, avec de bons influx, par le nerf du saumon, c’en est trop, tu charries; de fureur contre nous, quand seras-tu tarie… source de notre ennui ne nous tourmente plus!

Reviens! – ô – Jour Heureux, rieur, drôle et plaisant! Redonne à l’onde affreuse un flot doux et grisant, à l’air tumultueux sa si jolie ariette…..

Surgissent des remous les muses des poètes, de notre âme apaisée un bonheur non pareil, dans le miroir des eaux le rire du soleil……

reviens, ô ! Jour-Heureux (1) !

En hommage et surtout en soutien à nos frères aînés dans la foi, les chrétiens d’Orient persécutés par Daesh et oubliés de l’occident.

Un retour aux sources par la puissance de la prière, qui donnera aussi la puissance de remonter le courant des idéologies et de l’enthousiasme-insensé*, de la peur et de l’indifférence qu’elles provoquent et qui nous détournent du vrai sens de l’Histoire, nuisant de ce fait au bien commun; notamment dans son développement plein et entier sans lequel la vérité dans l’action resterait inexistante; alors qu’elle est le but suprême de la vie, le chemin qu’il nous reste à parcourir pour répondre à l’injonction biblique pressante et continuelle où il est dit: « abaissez les montagnes, mettrez les chemins droits », autrement dit, mettez les …montagnes sous vos pieds et entendez enfin ce que Dieu vous dit en vérité; soit, « comprenez ce que Dieu vous demande de faire, et faîtes ce que Dieu vous a permis de comprendre. Parce que c’est « maintenant » la seule alternative à l’ignorance, à l’indifférence, à l’incompréhension….au mensonge; bref, à tout ce qui nuit aux relations humaines constructives en vue de l’unité des hommes entre eux à avec leur créateur.

 

Notes:

* – Insensé est l’enthousiasme quand ce qui le nourrit est trop excessif, fanatique; ou au contraire, se manifeste-t-il avec trop peu de vigueur quand les circonstances nous demanderaient à être plus dynamique.

(i) « Jour Heureux« , métaphore pour dire « Dieu » par référence à la Bible où il est dit qu’Il reviendra un jour vivre avec nous – qui sait quand: nul ne le sait seul Lui. Et donc, avec le mot « jour », pour la syllabe « di »; et la syllabe « eu », pour le mot « beau », avec le sens « heureux ».

(2)Source (Le Robert encyclopédique des noms propres, édition 2008) : [ASCRA ou ASKRA : Ancienne ville qui se trouvait au nord du Mont Hélikon en Béotie.

– Et, Hélikon : n.m étym. du grec. hélix « en spirale »; qui tourne » / Massif montagneux de Grèce, en Béotie. 1748 m, illustré par Hésiode(3), ( poète grec -VIII é / – VII é ).

(3) Hésiode : Pasteur sur les pentes de l’Hélikon, il devient poète par une impulsion morale et didactique. Ainsi, Les travaux et les jours, contenant quelques faits autobiographiques, sont destinés à son frère prodigue Persès qui lui intente un procès pour le spolier de sa part d’héritage.

D’autre part, sa poétique est énoncée dans les préliminaires de la Théogonie* où les muses renoncent à leurs « mensonges » pour le charger de dire « des vérités ».

On lui attribua aussi le bouclier d’Héraclès, poème apocryphe dont les 54 premiers vers seulement seraient empruntés à un des poèmes perdus qu’on lui attribuait. Mais on a établi l’existence d’une école béotienne d’où parviennent certaines de ces œuvres.

Si Hésiode imita la langue et la technique d’Homère, sa poésie est aux antipodes de l’épopée homérique. Paysan continental, il se détourne avec mépris des exploits guerriers et des fictions des navigateurs, agréments d’une civilisation raffinée.

Prophète de la « race de fer » qu’il fait succéder à la « race des héros », il dénonce la rapacité des rois, l’injustice et la guerre, et veut y remédier par des recommandations de piété et de labeur.

Esprit positif, il essaie d’ordonner les mythes, l’évolution humaine et les travaux quotidiens, pour en dégager une idée morale.

Cette poésie souvent empreinte d’une humeur pessimiste et maussade, est animée par un vif sentiment de la nature. Virgile l’imita dans les Géorgiques*.

* voir plus dans un dictionnaire ou autre document spécialisé. A bientôt!

Michel