ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


« Joutes oratoires » entre 2 membres du parti « les Républicains »: M.de.JESSEY répond comme il faut à NKM sur le Figaro.fr, mais, cela ne manque-t-il pas de corps sur le fond?

A propos de la lettre publiée dans le « figaro.fr » du 19 octobre dernier que Madeleine de JESSEY a adressée à Nathalie Kościusco-Morizet pour avoir qualifié « d’agressif envers les femmes » la « manif pour tous », mouvement que soutien le « sens commun », une aile du parti « Les Républicains dont Madeleine de JESSEY est la porte parole.

Madeleine de JESSEY remet Nathalie Kościusco-Morizet à sa place, mais qu’en est-il exactement?

Sans aucun doute, s’agit-il d’un rappel à l’ordre très musclé que Madeleine de JESSEY fait, aux attaques autant choquantes que dénuées de toute objectivité, lancées contre la « manif pour tous » par Nathalie Kościusco-Morizet, sa collègue du parti « Les Républicains ».

Une lettre intitulée « Nathalie Kościusco-Morizet, vous parlez comme la gauche: pourquoi ne pas la rejoindre ? », démontant un à un les accusations «d’hyper sexualisation des petites filles», de «vision très asymétrique des relations homme-femme» et «d’assignation à résidence» des mères de familles, lancées contre la « manif pour tous » par Nathalie Kościusco-Morizet.

Mais, tout bien considéré, tout cela ne cache-t-il pas quelque chose d’autre de plus inavouable; une occasion surtout à des manigances sur fond de conflits en trompe-l’œil? Ces désaccords profonds, ne sont-ils pas tout de même moins énormes qu’il y paraît, et opposant deux membres d’un même parti, en l’occurrence très instable où gauche et droite sont très entremêlées et à l’heure aussi où la parité homme femme, que le « mariage pour tous » a quasiment institué, n’a plus besoin de lui pour perdurer.

Dès lors que toute interrogation à ce sujet a été écartée faute de combattants trop préoccupés par ailleurs à toutes sortes d’enjeux plus immédiats, n’est-elle pas, dans nos têtes au moins, rentrée au Panthéon des droits les plus inaliénables. Longue vie s’est-elle assurée par le droit qui la protège auquel nous avons fini par s’accommoder, même s’il n’était pas aussi fondé que cela sur des bases irréfutables. C’est quand même assez incroyable.

A l’heure aussi, où un courant qui s’y oppose est resté très fort depuis 2012, et qui ne demande qu’à se renforcer tellement le  » mariage pour tous » est privé d’assise, de racines, en est de ce fait assez facile à remodeler, et qu’on pourrait sans peine remettre en cause si on jugeait qu’il n’avait plus d’utilité en l’état.

Pareille chose peut paraître très déraisonnable, c’est pourtant ce que je pense et que j’aimerais éclaircir dans un premier temps en commençant par introduire par un certain nombre de questions, le très long débat qui ne peut que s’enclencher à ce sujet, tant la « parité homme femme » aura été l’une des supercherie les plus extraordinaires de ces trente dernières années dont le but inavoué et donc inavouable est très certainement de laisser paraître le système économique injuste qu’il est en train d’installer pour remplacer celui à bout de souffle et tout aussi injuste qu’on subit depuis plus de trente ans et qui succéda au précédent dans les mêmes conditions et suivant toujours le même cheminement dans le temps offrant une perspective très alléchante à sa naissance, une période ouvrant sur une phase d’apogée relativement courte et ne profitant à tout le monde que très inégalement, puis sur une autre interminable de déclin nous enfonçant de jours en jour dans un marasme involutif vecteur de terribles régressions sur tous les plans et ouvrant la porte à un régime de plus en plus oligarchique et ravageur politiquement, économiquement ainsi que socialement, culturellement …

Et, tant qu’on ne rompra pas avec des systèmes fondés au départ sur des principes trop polis, « pour être honnête » à terme, parce qu’établis sur des bases purement théoriques qui conviennent surtout au marché, il faut bien à un moment en payer les conséquences.

Et ça ne peut être que par à coup et par l’introduction – via une théâtralisation de la vie politique de plus en plus marquée autant que confuse – de faux bons et de vrais mauvais changements.

Tout ça pour faire passer la pilule consistant pour faire accepter un autre système tout aussi involutif.que les précédents ne profitant sous tous les rapports qu’à relativement très peu de personnes, mais régissant le monde d’une main de fer de plus en plus féroce comme on peut déjà le constater avec le durcissement qui n’en finit pas de s’accroître des conditions de vie, de travail, des relations sociales, d’insertion dans la vie scolaire, professionnelle, des rapports humains… la liste est loin d’être exhaustive malheureusement, mais ça situe le décor.   .

Questions alors que soulèvent tout de suite, en attendant de pouvoir étudier plus en profondeur de quoi elles se composent plus précisément, les politiques qui ont conduit à faire de la parité homme femme un des axes les plus essentiels de nos systèmes politiques, économiques, sociaux actuels pourtant les plus défaillants de tous les autres systèmes connus jusque-là:

Juste à titre indicatif, pour donner le ton dans un premier temps,

qu’est-ce au juste que la parité homme femme?

Dans bon nombre de cas, est-ce que des notions de polarité homme femme ne seraient plus adaptées concernant les « règles qui devraient régir les rapports qui devraient exister entre hommes et femmes?

Est-ce que dans tous les autres cas où la parité homme femme pouvant êtret incontestable, des notions d’égalité ne suffiraient-elle pas pour que les femmes puissent enfin avoir à part entière la vie qu’elles aimeraient et devraient avoir sans qu’il soit aucunement question de parité homme femme?

Est-ce que la parité homme femme n’est pas en soi que de la mystification pour retarder les bonnes évolutions dont la société a besoin pour que la vie soit enfin plus harmonieuse parmi tous ceux qui la composent?

Et enfin une dernière pour conclure et ouvrir sur le vaste débat dont je parlais plus haut: est-ce que la principale raison inavouable parce que terrifiante, ne serait pas de nous demander si, d’avoir tout fait pour instaurer cette parité homme femme ne se résumerait pas à dire qu’on l’a voulu où elle n’était pas possible parce qu’on ne l’a pas voulu où elle l’était en raisons de questions liées à rapports d’intérêts de dominants à dominés qui doivent cesser? A bientôt!

Michel