ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Le dernier « bobard » de Nicolas Sarkozy


« Nicolas Sarkozy veut tourner la contestation à son avantage »

Nicolas Sarkozy voudrait « restaurer l’autorité de l’Etat ». Voilà le dernier bobard qu’il a trouvé pour donner le change au très grand mécontentement de la plupart des français causé par une bien plus grande insécurité qu’ils endurent à côté de celle qu’il nous propose de se faire le grand pourfendeur avec son projet.

Ce dont souffrent les français tient principalement au fait que bientôt tous leurs vrais besoins sont insatisfaits et que par rapport à ça le problème de l’autorité l’Etat ne fait que pâle figure.

Car, ce problème ne se pose pas dans les termes tels qu’il le prétend.

Ce qu’il en est ne résulte que du désengagement de l’Etat dans beaucoup de domaines auquel il a participé et qui n’incrimine pas que la politique menée par François Hollande, mais en grande part aussi la sienne.

Mais, que peut vouloir vraiment alors Nicolas Sarkozy?

Compte tenu de son implication dans la situation qu’il dénonce ainsi que de sa difficulté plus grande que prévue à rassembler au sein seulement de son propre parti malgré tous les artifices mis en oeuvre dans ce sens, ce ne peut être que de tenter un coup de force dans l’opinion: tout faire pour tourner la contestation à son avantage.

Que cela advienne ou non, que les choses soient claires au moins sur deux points.

Qu’on en finisse avec l’antisarkozysme primaire et avec le sarkozysme primaire aussi. Surtout ne compte que d’en finir avec des politiques qui ne cessent de nous prendre pour des billes.

Et de ce côté on est encore en reste avec Nicolas Sarkozy. Tout confondu dans son discours, il ne propose que des mesures nous permettant de nous adapter à une insécurité qui va croissante, pas d’y répondre.

Si d’ailleurs, « endiguer les libertés, c’est vouloir u’elles débordent », pourquoi alors « endiguer la politique carcérale » que propose Nicolas Sarkozy ne voudrait-il pas quant à lui que ça aille dans le sens qu’il veuille que ça déborde aussi?

Focaliser comme il le fait sur les aspects les plus criants de l’insécurité et faire l’impasse sur les plus critiques, n’est-ce pas de sa part vouloir contenir les premiers pour laisser filer les seconds?

En outre, cela suffit-il de prendre la température des attentes des français notamment côté FN que Christiane Taubira à fait monter avec ses idées humanistes insensées. On a besoin « maintenant » d’une vraie politique qui tient sur des idées pour le moins durables. On en est avec lui encore loin du compte. A bientôt! Michel

Extraits de ce que rapporte Artur Berdah Dans le Figraro VOX d’aujourd’hui:

[…le président des Républicains (LR) plaide, dans une longue interview au Parisien, pour une «refondation de l’autorité de l’État». L’occasion pour Nicolas Sarkozy, qui multiplie les interventions médiatiques et interviendra mercredi matin sur RTL, de dérouler un véritable catalogue de propositions toutes plus sécuritaires les unes que les autres et qu’il entend appliquer «d’urgence» dès que sa famille politique sera revenue aux affaires….]

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.