ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Ripostes de la droite parlementaire aussi brusques que soudaines contre les lois Taubira

La politique asociale sarkhollandaise.

La droite parlementaire se montre depuis peu particulièrement remontée contre les lois Taubira.

Un article du Figaro.fr ne renvoie à pas moins de 7 dossiers qu’elle présente à ce sujet.

Pourquoi donc, la droite parlementaire ne réagit-elle avec autant de force, d’intervenants « maintenant » que, à quelques petites semaines des « régionales » et à quelques petits mois des « présidentielles »?

Que ne s’est-elle montrée aussi farouche contre ses lois, tandis qu’ils pouvaient leur faire barrage alors qu’elles n’étaient encore que latentes, qu’à l’état de projet?

Un épisode, parmi tous ceux qui se succèdent depuis bientôt dix ans, qui ne traduit que la réalité d’une politique asociale que nous subissons sous des formes variées et diverses de plus en plus dures au quotidien.

Tout ressemble ici à du tapage gauche droite, de la théâtralisation LRPS de la vie politique. Après avoir été celle qu’on nommait « l’égérie du gouvernement sous Jean Marc Ayrault, Christiane Taubira redevient la Christiane Taubira d’avant; celle dont l’ex conseiller de Nicolas Sarkozy Henri Guaino dit aujourd’hui qu’elle n’a jamais aimé la France, avec son «toute sa vie, elle a détesté la nation, l’État, l’autorité»; celle qui restera la madone des réformes sociétales mais dont il ne faut retenir pour l’instant que la responsable de l’inexécution des peines: un cadeau fait à la droite parlementaire pour lui permettre de redorer son blason.

Tout n’est en réalité que de la mise en scène. Et le laisser-aller judiciaire dont Christiane Taubira ferait preuve, s’il est réel,  n’est qu’une poussière par rapport à l’immense chaos dans lequel la France se trouve. Elle fait juste ce qu’il faut pour se rendre impopulaire tout en restant celle qu’on se plaira plus tard d’appeler la Thatcher française.

Maintenant que le gros des lois que le gouvernement attendait d’elle est passé, Christiane Taubira ne se prêterait-elle donc pas, arrivés tous que nous sommes aux 2/3 du mandat présidentiel, à jouer un rôle de fusible, sachant qu’elle n’a aucun mal pour se rendre impopulaire et que ce n’est pas pour déplaire tant que ça au gouvernement si, et comme ça l’arrange très certainement – LRPS oblige , qui a besoin d’un FN fort mais tenu hors jeu au prisme du sacro-saint front républicain – ses propositions délirantes de réformes des lois pénales qui n’ont aucune chance d’être adoptées pouvaient donner au LR l’occasion de reprendre le devant de la scène en vue de reprendre la main en cas de besoin, si l’électorat de Nicolas Sarkozy venait à manquer pour soutenir François Hollande dans l’éventualité où nous nous trouverions confrontés à « 2002 » à l’envers en 2017 et où ce serait lui qui serait désigné pour défendre les couleurs bleu blanc rose de la France asociale à ce moment-là.

Comme quoi tout est plus ou moins joué d’avance. Cette salve de ripostes intempestives du LR contre les lois Taubira ne sert au LR qu’à faire du tapage pour permettre au LRPS de faire peau neuve, et de se rendre plus présentable aux français, qui s’en méfient de plus en plus, et qui comprennent  que quel que soit le contrôle sous lequel il se place, les changements, les réformes qui découlent de son principe d’alternance gauche droite, ne sont qu’un étau qui se resserre toujours sur eux.

Faudra-t-il attendre un soulèvement général pour qu’au  Parlement on daigne se préoccuper des problèmes que connaît le pays dans tout son ensemble auquel cas les mesures sécuritaires prônée par la droite parlementaire viserait aussi à le meurtrir? Tout ça fait penser à un jeu de dupe assez inquiétant qui nous demande de rester très vigilant.


« Quand le FN monte, j’ai honte » Chante le maire PS de Boulogne

« Quand le FN monte, j’ai honte », une chanson de Frédéric Cuvillier, le maire PS de Boulogne; tout ce qu’il a trouvé pour répondre  aux français de plus en plus mécontents par plus de trente ans de socialisme asocial et tentés par le FN à cause de ça.

Est-ce qu’on ne pourrait pas dire plutôt qu’il disjoncte « quand le FN monte »; et que si tout finit bien toujours en France par une chanson, et qu’elle est appelée à avoir un certain succès, vu qu’elle passe dans une vidéo sur Europe n° 1 via internet, cette chanson pourrait bien être le chant du cygne du PS.