ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Loi Travail: après le mariage pour tous, le plein emploi pour le pire, mais pas pour le meilleur!


"Nuit Debout" ne désarme pas. Quant à s'exprimer sur le malaise des jeunes mais aussi de celui de tous les autres auxquels nous sommes tous confrontés, je ne vois contre cette loi comme issue possible  concrètes, que le projet d'un Parlement citoyen si le système parlementaire en place ne se réforme pas rapidement

« Nuit Debout » ne désarme pas. Quant à s’exprimer sur le malaise des jeunes mais aussi de celui de tous les autres auxquels nous sommes tous confrontés, je ne vois contre cette loi comme issue possible concrètes, que le projet d’un Parlement citoyen si le système parlementaire en place ne se réforme pas rapidement

Si cette loi passe, elle ne sera qu’un piètre palliatif contre le chômage de masse; et la culture de l’affrontement dont elle prétend pouvoir nous extirper et dit vouloir éradiquer finira par se changer en affrontement de masse à cause du processus de démocratie, en vase clos, donc à géométrie variable que générera le développement des accords d’entreprise que cette loi tendra a généralisée.

Et la liberté qu’elle prétend aussi favoriser ne débouchera qu’à des rapports de force plus néfastes qu’utiles entre les citoyens à l’intérieur des entreprises et même au delà. Bien sûr ces problèmes tendront à être étouffés par la capacité de coercition que des membres d’une même entreprise donneront sur les autres consécutivement à une forme de décentralisation du pouvoir venant du national au local sujette à beaucoup de déboire.

Sous couvert d’améliorer la compétitivité, ceux que cette loi aura prétendu aider à s’insérer dans la vie active ne sortiront, bon an mal an, de leur situation de demandeur d’emploi et de chômeur que pour rentrer dans un esclavage déguisé insidieux.

Bien sûr, ne seront-ils pas corvéables à merci, mais de la peur et de la honte de ne pas pouvoir travailler qui leur collaient à la peau, c’est alors de travailler qu’ils éprouveront plus durement cette même peur et cette même honte. Cette loi n’aura pas traiter le chômage. Elle aura créé les conditions uniquement de le masquer.

Elle fera passer le statut de citoyen en recherche d’emploi, en celui de pantin dont le ressort ne dépendra plus que du travail forcé que le pouvoir économique et politique local aura décidé d’un commun accord de lui attribuer. Ainsi, cette loi si prometteuse en théorie, ne fera que blanchir la misère de masse qui ne fera que se développer et que 140 ans de socialisme* ont nourrie. Et moins l’affrontement peuple « élites » se posera sur des questions de chômage, plus il se posera sur celles de la misère sociale dans lequel ce socialisme aura plonger des millions de gens.

Réponse à Mme El Khomri qui réagit « aux critiques faites sur sa loi… » dans une interview qu’elle donnait au Figaro d’hier :

Disons, à Mme El Khomri, au gouvernement comme à tous ceux qui soutiennent cette loi, que celle-ci n’aboutira à rien de plus que ce qui s’est toujours passé, chaque fois qu’on a endigué une situation calamiteuse pour qu’elle déborde, on l’a tout le temps aggravée ainsi par un processus en chaîne. Exemple avec le traité de Versailles en 1919 en imposant aux allemands des clauses de paix humiliantes…

Ainsi en a-t-il été toujours dans ce cas, concernant alors la situation de chômage de masse que l’échec scolaire de masse à créé, il n’y a pas de raison qu’il n’en soit pas de même aussi avec cette loi. Celle-ci veut imposer aux demandeurs d’emploi, à tous les salariés des clauses de pleine emploi inadaptées à leur vie sociale, à terme elle seront totalement asociales parce que, antidémocratiques; quand bien même la ministre du Travail veut nous persuader du contraire.

Tout ceci transpire d’ailleurs dans les propos logorrhéiques qu’elle tient tout au long de cette interview et qui sont très évocateurs de son ignorance ou de sa mauvaise foi à ce sujet. Tout ce qu’elle dit perd de vue que ce qui se décide dans les entreprises ne concerne pas que l’Etat, les patrons (petits ou grands), les syndicats et les acteurs de l’entreprise; elle concerne aussi tous les citoyens, quoiqu’elle en dise.

Par analogie donc à ce que disait CHURCHILL, avec sa phrase restée célèbre « vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur, vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre »…hé bien! Si cette loi passe, on aura choisi un piètre palliatif contre le chômage de masse, on aura on aura l’affrontement de masse. Car, cette loi ne ferait que blanchir la misère sociale dans lequel – un comble! – ce socialisme n’a fait que se fourvoyer.

Et moins l’affrontement peuple « élites » se posera sur des questions de chômage, plus il se déplacera sur celles de la misère sociale dans lequel ces mêmes millions de gens se retrouveront plongé.

Selon elle, « son texte… est réformateur, c’est un compromis qui doit permettre de relancer l’emploi en France et de sortir de la culture de l’affrontement », se justifie-t-elle. Madame la ministre a parlé, un refrain bien commode, dans une France qui croule sous le chômage de masse nous enlevant presque la volonté d’aller voir ce qu’il en est exactement.

Mais à la lueur du contexte historique, ces arguments tombent un à un. en quoi, son texte est-il le moins du monde « réformateur »? Affirmez! Affirmer! il en restera toujours quelque chose. Allusion faîte bien sûr, au néo-clivage conservateur réformateur. Mais ça ne tient ne pas: réformer n’a jamais été forcément une bonne chose; et ne pas réformer n’en est pas forcément une mauvaise. S’opposer donc à cette loi ne signifie pas refuser les réformes et quand un texte de loi est mauvais on doit s’y opposer.

C’est le cas avec ce texte de loi Travail: il est mauvais, on ne peut que s’opposer à lui. Il ne vise surtout qu’à exclure des cycles d’étude longs, la majeure partie des jeunes mis en échec scolaire en masse par un système scolaire obsolète. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, la conséquence de ce désastre n’est pas que sociale, elle est surtout inhibitrice du rayonnement de la France dans le monde sur le plan économique et politique dont a besoin notre pays mais aussi le monde.

La preuve en est, qu’il n’aboutira à endiguer le chômage de masse auquel ce système a conduit que, à des fins mauvaises. Car, dès l’instant où cet échec de masse dont résulte ce chômage de masse vient quant à lui de la libération de masse des mœurs notamment sexuelle que la privation initiale la plus totale des libertés a fait déborder, il n’y a pas de raison que cette loi débouche à terme sur autre chose de plus abominable encore.

Et à quelle pire résultat aura conduit cette loi si elle est votée? A étendre du niveau de la rue à celui des entreprises, c’est-à-dire partout, ce qu’elle prétendait le plus combattre: le conflit, qui n’aura été jusqu’alors que syndical et qui deviendra social.

Il n’aura fait que déplacé les problèmes qu’il prétend résoudre; les essaimer « devrais-je dire. Alors « la régulation sociale (lois, branche et entreprise) », en démocratie: au Parlement! Mais il le faudra autrement représentatif qu’il n’est de nos jours!

Le gros problème avec cette loi: « la régulation sociale (loi, branche et entreprises) ne regarde pas contrairement à ce qu’elle laisse entendre, que l’Etat, les patrons (petits et grands), les syndicats et seulement les acteurs de l’entreprise au niveau décisionnel en particulier.

Elle concerne tous les citoyens acteurs de la vie économique dans son entier. Sinon,nous ne sommes plus en démocratie proprement dite que de façade, porte ouverte alors à tous les calculs politiciens possibles y compris dans les entreprises conduisant tout droit à un esclavage déguisé insupportable, parce que plus insidieux que tous les autres dénoncés pourtant comme odieux.

Pour s’en faire une idée, pas besoin de chercher bien loin. Il suffit de voir comment elle procède sur les citoyens avant même d’être votée . Elle a tout du dispositif « UMPS », « LRPS » appelons ça comme on veut, qui agit à la manière d’une machine infernale.

Un dispositif qui se sert d’un certain pouvoir d’attraction qu’il exerce sur certaines populations pour piéger ou isoler ceux qui s’y opposent et mettre tout le monde de gré ou de force à sa botte…

Cela dans quel but principal? Empêcher l’émergence d’idées neuves, plus adaptées et plus efficaces par rapport aux besoins humains inhérents non seulement à notre nature véritable à forme essentiellement sociopolitique, mais surtout à des règles épistémologiques inverses au sens dans lesquelles on les ordonne jusqu’alors parce que jusqu’à présent, les effets négatifs qui en résultent restaient encore supportables socialement.

Ce ne sera plus le cas bientôt. Et il serait temps de commencer à le comprendre… et de réfléchir à l’instauration d’un Parlement Citoyen, plutôt que d’usine à gaz…On en reparlera…A très bientôt.

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.