ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


La loi Travail et la comédie inhumaine du pouvoir

“… avec cette loi, leurs instigateurs se construisent une légitimité politiques sur les décombres d’une société que les politiques antérieures dont ils sont les continuateurs ont l’une dans l’autre réduit à l’état de serfs, quand ce n’est pas dans celui de miséreux ou de cendre, presque tous les membres qui la composent à sa base, parmi eux souvent les plus fragiles”

Si avec Dante, cette « comédie du pouvoir » n’était pas encore humaine puisqu’elle était « divine » et avec Honoré de Balzac, elle n’était plus divine puisqu’elle était devenue humaine, il est bien sûr que la comédie du pouvoir aujourd’hui n’est plus ni divine ni humaine mais inhumaine.

En témoigne, pour ne prendre qu’un exemple parmi des milliers d’autres, la loi Travail si on veut bien se donner la peine de réfléchir à son sujet, au lieu de foncer tête baissée au sujet de cette loi comme la plupart de tous ceux aussi bien qui la défendent que ceux qui la combattent.

Une situation que ne peuvent pas rêver mieux ceux qui sont derrière cette loi qui ne sont que les continuateurs les plus farouches des auteurs de ces mêmes lois, de ce même code du Travail qu’ils disent être à l’origine de ce véritable naufrage de masse dans lequel sombre la majeure partie de la jeunesse; et on en parle moins, de la vieillesse.

Plutôt alors de le remettre comme il se devrait en cause sur le fond, que font-ils? Ils bâtissent dessus.

Ils se comportent comme ceux qui se construiraient des empires industriels avec de l’argent volé.

En l’occurrence avec cette loi, leurs instigateurs se construisent une légitimité politiques sur les décombres d’une société que les politiques antérieures dont ils sont les continuateurs ont eux-mêmes réduite pour presque tous ses membres dont les plus fragiles, à l’état de serfs, quand ce n’est pas dans celui de miséreux ou de cendre.

Et il faudrait, et que sais-je d’autre,  dire « bravo Walls! Bravo Macron! Il faudrait dire oui, à une France que Macron veut faire marcher sur la tête; et merci à l’UMPS qui leur a tracé la voie ». La réponse est dans la question. Il faut commencer par mettre cette loi hors d’état de nuire: il faut la mettre au panier de toute urgence…

Il y a d’autres façons de mettre la France au travail. Et il n’y en a qu’une qui y parviendra en mettant tout le monde d’accord: C’est celle qui nous sortira de 150 ans de « fraternité du travail intellectuel et industriel » pour nous faire rentrer dans « l’amitié du travail intellectuel et industriel ».

Une évolution qui n’était pas concevable il y a seulement 50 ans, mais sans laquelle désormais tout n’ira que de mal en pis. On en reparlera…A bientôt pour la suite donc!