ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


« la réforme de l’orthographe ne verra pas le jour », pour Hélène Carrère d’Encausse

Ma contribution aux commentaires qu’a suscité l’article publié dans le Figaro vox le 18 04 dernier par le Figaro.fr au sujet des déclarations d’Hélène Carrère d’Encausse de l’Académie Française disant , que « la réforme de l’orthographe ne verra pas le jour ».

N’hésitez pas à votre tour à réagir au besoin! vous pouvez même le faire directement depuis ce blog; soit, à titre individuel si vous avez ouvert un compte à une « page.monfigaro.fr »; soit, à titre collectif dans la fenêtre commentaire de ce blog, en cliquant à « poster un commentaire », en haut à gauche en dessous du titre; ou mieux encore en se rendant à l’article lui-même, pour réagir aux autres propos tenus dans les autres commentaires. A bientôt! Michel

« NEVOUSMÉPRENEZPAS », figure sous le pseudo « Achim DUBELE »

Voir aussi la vidéo de Aymeric Le Meignen pour qui « la réforme divise les élèves et les enseignants »

Ma contribution parmi 262 autres commentaires à cette heure

« Les socialistes veulent « rabaisser l’indice de pH des nénuphars », c’est à croire! (1)

>>>  

achim DUBELE

Cette réforme de l’orthographe n’a AUCUN SENS, MAIS VRAIMENT AUCUN!

Elle nuirait d’abord à ceux qui peinent le plus à écrire correctement, que cette réforme prétend vouloir aider, secourir…

Ça serait totalement inapplicable. Plus personne n’écrirait de la même manière et on ne se comprendrait plus. Et puis l’orthographe est subordonné à l’étymologie, la sémantique, la grammaire..

Si elle s’en libérait, on ne pourrait plus communiquer à peu près normalement. Nous tomberions dans une servitude effroyable qui nous placerait sous le joug d’un pouvoir qui voudrait tout dominer à sa seule fin.

Mais par ailleurs, elle aurait un effet inverse qui ridiculiserait ses instigateurs.

Ça réveillerait forcément les esprits chafouins qui se ferait un plaisir de lancer des diatribes contre cette réforme en remettant à l’honneur par exemple le parler du XVIIe.s, avec ses mots précieux, ses subjonctifs « parfait, plus que parfait ».

Pour le coup, ce serait à mourir de pleurer de rire…

  • Phaloïde

    C’était surtout pour tenter d’adapter notre langue écrite aux capacités de ceux qui n’arriveront jamais à l’écrire, à l’apprendre et par là à s’intégrer car la langue est l’outil d’intégration

    • achim DUBELE

      Vous rabaissez ceux que vous dîtes vouloir aider à s’intégrer en parlant comme vous le faîtes…

  • Herr Döktor

    Avez vous seulement lu ce que propose cette réforme ? Elle est exactement le contraire de ce que vous dites. Elle simplifie et rend plus logique l’écriture des nombres, corriges des erreurs d’étymologie… Bref vous avez une réaction purement épidermique en oubliant totalement qu’il y a eu de nombreuses réformes de la langue Française au cours des deux dernier siècles.

    • achim DUBELE

      Parce que « l’accent circonflexe sur le «u» et le «i», «coût» devenant «cout», «paraître» «paraitre»… », vous appelez ça « le contraire de ce que je dis… »; Et vous pensez qu’ainsi, si cette réforme passait, ça « simplifie et rend plus logique l’écriture des nombres, corriges des erreurs d’étymologie… »?
      Par ailleurs, si nécessité de réforme de cette nature il y avait, ça ne peut pas être lié à une évolution fixée par un gouvernement par décret. Ça n’est concevable que pour entériner un changement qui s’est produit – disons – naturel et dans la mesure où ça correspond à une évolution au minimum qui ne pose pas de problème majeur. Comme assez heureusement avec l’adjectif « françois » qui est devenu « français »… On est là très loin du compte avec cette réforme….

      • Herr Döktor

        Vous faites exprès. Regardez la partie de la réforme qui concerne l’utilisation du trait d’union par exemple, c’est de la logique. Nénuphar change d’écriture pour une raison d’étymologie.
        Quel « problème majeur » pose cette réforme ?

        • achim DUBELE

          Cette réforme n’est au mieux que beaucoup de bruit pour rien.
          Où est la logique de la suppression des traits d’union et qu’est-ce que ça change d’écrire « nénufar » plutôt que « nénuphar » ? Les traits d’union concernent des noms de chose, d’animal, de personne…pour lesquels nous n’avons pas encore trouvé de substantif autrement que sous forme de mots à charnière formés de mots qu’on n’est pas parvenu à séparer pour des raisons grammaticales, ni à fusionner parce qu’ils ne peuvent être mis ensemble sans être rattachés par un signe de liaison autre qu’un trait d’union, le plus simple qui vient à l‘esprit. Que faire du mot « peut-être » par exemple sous cette forme charnière pour le différencier quand il apparaît sous la forme du groupe verbal « peut être? Faut-il l‘écrire « Peutêtre » ? Quel linguiste le permettrait? Alors, l’argument des traits d’union pour venir au secours de cette réforme ne tient pas. S’il ne reste plus comme difficulté qu’une place à trouver au mot qui se prononce phonétiquement [ nenyfar] pour savoir si on l’écrit « nénuphar » ou « nénufar », pourquoi ne pas adopter comme c’est fréquemment le cas dans la langue française avec les 2 orthographes, et ne pas laisser faire l ‘évolution se mettre en place d’elle-même.

      • L A

        Pendant des siècles on a écrit « foret » et « hotel » sans avoir besoin d’un accent circonflexe.

        • dgm95

          Non, « forest » et « hostel » (comme dans « hostellerie » que l’on trouve encore comme enseigne de certains… hôtels).

        • achim DUBELE

          C’est justement le sens aussi de l’accent circonflexe qui est là pour nous rappeler que « forêt » s’écrivait « forest », qui vient d’un mot latin qui aurait voulu dire « qui est au dehors », avec lequel mot on a formé entre autre le mot « forestier »; comme quoi le mot « forêt » sans accent était une lacune. Les lacunes, ça arrive; et alors il faut bien les combler un jour ou l’autre. Mais bien sûr, « il n’est jamais trop tard pour bien faire » comme on dit… Néanmoins, n’est-il pas aussi souvent trop tard pour faire bien? Et n’est-ce pas non plus que, « foret » sans accent désigne également l’instrument de métal dont on se sert pour effectuer un percement au moyen d’une perceuse électrique ou anciennement d’un vilebrequin? Voyez que, un accent circonflexe est loin de nécessiter son abandon…

  • Erween

    Parfaitement d’accord, cette réforme amplifie les possibilités d’écrire, et impose donc aux lecteurs un surcroit d’efforts, ça peut sembler léger, et ça l’est pour un humain, mais nous somme à l’aire de la communication verbale et écrite avec les équipements électroniques, une complexification de la langue (car c’en est une en offrant plusieurs possibilités d’écriture pour un même mot) fait reculer les aplications au français.

     

    (1) »Les socialistes veulent « rabaisser l’indice de pH des nénuphars », c’est à croire… ou quelque chose comme ça. Ainsi, ce mot s’écrirait, là  pour des questions d’étymologie, « nénufar(s) ». Pour permettre à ceux qui ont des difficultés pour s’insérer par exemple dans la monde du travail…quelle révolution en effet!
    Un petit casse-tête quand même. Que deviennent toutefois tous les mots dont le son [f] s’écrit « ph » comme « pharmacie », « pharaon », « pharynx »… Sans doute faudra-t-il aussi les écrire avec un « f », comme les mots « farine », « faramineux », « farouche »…comment allons-nous alors ces deux principales catégories de mots, les unes d’origine grecque des autres d’origine latine?
    Eh-ben oui! On a qu’a écrire les mots d’origine grecque ou arabe comme « nénuphar » avec un »f » et les mots d’origine latine comme farine avec « ph ». Mais là, cette réforme ne provoquerait plus une révolution: je crois bien qu’elle provoquerait une émeute!