ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Par son mépris du code du Travail, l’anarchie n’est-elle pas du côté du gouvernement?

008

Résultat du sondage que faisait le Figaro   Premium  et auquel 70139 lecteurs ont participé  ce matin. Soit:            38928 votants pas d’accord pour retirer le projet de loi; et 31211 votants d’accord pour le retirer

Au jusqu’au-boutisme  gouvernemental qu’est-ce que la CGT a d’autre à lui opposer que le jusqu’au-boutisme?

«Le gouvernement doit-il retirer le projet de loi travail pour arrêter les mouvements sociaux?  » était la question posée aux français dans un sondage paru dans le Figaro Premium de ce matin 24 05 2016

A propos de ces mouvements, le terme d’anarchie revient souvent dans les commentaires auxquels ce sondage dans le Figaro Premium a donné lieu, mais ailleurs également. A leur sujet, le mot de chienlit revient beaucoup aussi.

Mais l’anarchie n’est-elle pas surtout du côté du gouvernement qui se prend de faire volte-face de façon contestable, condamnable et brutale avec le code du Travail dont précisément les socialistes, et les membres de ce gouvernement figurant au nombre de ceux-là, sont en grande part à l’origine?

C’est lui qui le transgresse. Certes, le code du travail est-il encombré de textes devenus illisibles par leur nombre et désuets dans un monde globalisé, mais il a force de loi.

Et aussi bête soit la loi pour avoir infligé, souvent rudement aux entreprises comme aux salariés pendant des décennies un tel fardeau, il doit s’imposer  au gouvernement.

s’il n’en veut plus, qu’il le réforme, et de manière démocratique! En commençant par appeler les choses par leur nom: ce projet de loi n’a de loi-Travail que le nom et son contenu, n’a à voir à quoique ce soit sinon à une « loi compétitivité des entreprises »?

Cette loi Travail est une loi compétitivité mais masqué. Et pour cause : sous cette appellation, elle aurait soulevé un rejet plus grand encore parce qu’il aurait été clair qu’elle se fondait sur le dos des millions de gens qui issus des couches inférieures de l’économie qui l’auraient refusée.

Si toutefois le gouvernement n’avait pas été aussi indélicat avec le code du Travail, il n’aurait pas mis les 3/4 des français contre lui, poussé la CGT à bloquer l’approvisionnement des stations d’essence en carburant et mis le pays au bord de la paralysie la circulation routière de tout mouvement.

Le gouvernement a d’abord tout fait pour recourir coûte que coûte au 49.3 et « maintenant que ce 49.3 a mis à bout la CGT et la population prise au piège de cette grêve, il fait tout pour la réprimer.

C’est bien lui, qui se comporte en anarchiste, qui met le désordre à cause de l’ersatz d’autorité dont il fait preuve. L’autorité, c’est être ferme quand, où et comme il faut : c’est donc savoir aussi reconnaître ses erreurs, y renoncer, et même démissionner quand on n’est pas à la hauteur.

Aussi faut-il justement beaucoup d’intelligence pour faire marche arrière quand on est allé trop loin. Mais c’est là sans doute, trop demander à Manuel Walls ou à François Hollande. D’où cette colère de la CGT qui n’a pas d’autre recours que de rester déterminée face à un gouvernement partial.

Au jusqu’au-boutisme gouvernemental qu’est-ce que la CGT a d’autre à lui opposer que le jusqu’au-boutisme?


Jean-Frédéric POISSON introduit la notion de « vote en conscience utile »

#libérons nos convictions

 

«et si le vote en conviction était enfin un vote utile » Jean-Frédéric POISSON

En introduisant très judicieusement la notion de « vote en conscience utile », Jean Frédéric POISSON invalide l’idée selon laquelle la primaire à droite 2016 perdrait – je ne sais quoi? – de son intérêt par la multiplication des candidats.

Par ce nouveau sens donné à ce vote, pour peu que les citoyens s’en emparent, cette élection peut apporter de grands changement pour le pays en 2017 et au-delà.

Enfin le retour à l’alternative et de l’équilibre droite gauche et la fin de l’alternance droite gauche dont l’équilibre n’a de réalité que de façade.

Ainsi le nombre de candidats (1), 14 au total et quand bien même il serait supérieur, n’importe plus, car il traduit enfin le nombre de projet que devra enfin porter le vainqueur de cette primaire. Celui-ci ne pourra plus faire ses quatre volontés comme auparavant, jusqu’à présent.

Cette évolution sonne la fin de cette horrible UMPS, devenue PSLR ou LRPS – on ne sait plus très bien.

Elle sonne aussi la fin de l’alternance droite gauche ultralibérale.

Elle démasquera l’imposture du clivage progressisme conservatisme, la pire évolution qui soit, qui nous faisait passer de l’alternance UMPS à la connivence de celle-ci.

Elle scelle le retour à l’alternative droite gauche où les représentants de chacune d’elles reprennent leur vocation respective, la droite (une vraie droite) pour gouverner et la gauche (une vraie gauche) pour la ré-freiner ou la stimuler; ce, permettant enfin de bannir l’autoritarisme technocratique qui sévit bêtement et dangereusement en France, en Europe et dans le monde.

Quand on aura compris ce qui est en train de se passer avec cette évolution plaisante, la démocratie reprendra tous ses droits.

Et ce sera pour le plus grand bien de tout le monde… Il n’y a aucune raison d’en douter.

Le  PROJET de Jean-Frédéric POISSON

 

JE FAIS UN DON !

ON EN LIGNE 100% SÉCURISÉ

1.  Les 14 candidats en lice à cette primaire à droite 2016 :
—————————————————————————
               
—————————————————————————

>>>>  « Quand on est à droite, il faut assumer d’être un parti conservateur » : découvrez mon interview vidéo pour Russia Today en cliquant ici.

 

Si vous le souhaitez, je vous invite à retrouver mon entretien avec Valeurs actuelles avant le Rendez-vous de Béziers.Fidèlement,

Jean-Frédéric POISSON
A VENIR
Mardi 7 juin à 20h30, grande réunion publique autour de notre candidat à la primaire à Boulogne-Billancourt (92) à 20h30 – 1 place Bernard Palissy. Venez nombreux !Mercredi 8 juin à 14h30, Jean-Frédéric Poisson sera l’invité politique de l’émission Parlement’air sur LCP.

Mercredi 15 juin à 8h45, Jean-Frédéric Poisson sera l’invité de la matinale de l’Opinion (CHANGEMENT DE DATE).

 


Une loi-travail faussement nommée loi-Travail

Une loi ni faîte ni à faire! Une loi improprement appelée « loi Travail », masquée « Travail » qui n’est autre qu’une loi « compétitivité des entreprises » qui ne veut pas dire son nom.

Améliorer la compétitivité des entreprises, n’est pas ce qu’on doit attendre d’une loi Travail! De n’avoir que trop développé en son nom, le chômage et l’échec scolaire de masse, ce n’est pas en son nom que le pouvoir pourra les inverser « maintenant ».

En voulant ainsi, le beurre et l’argent du beurre donnés au profit soit disant des entreprises et à l’économie, il n’obtiendra ni la compétitivité des entreprises, ni le plein emploi et la réussite scolaire dont les entreprises, les chômeurs, les travailleurs pauvres, les jeunes et leurs familles… bref, la France et tous les français ont besoin.

Avec le retour au plein emploi, il ne faut pas plaisanter, se louper : ça peut être la meilleure comme la pire des choses. Aussi doit-il être associé à une économie adossée à une conception de la politique qui prenne en compte tout l’homme quelle que soit sa condition d’origine et pas seulement dans une vision anthologique(1), déontologique mais aussi ontologique.

Cette loi Travail torchée n’est autre qu’une loi compétitivité des entreprises déguisée, une loi compétitivité des entreprises qui ne veut pas dire son nom. A son sujet, les premiers intéressés, autant dire des millions de français, n’ont même pas eu droit au chapitre.

A quand, une loi compétitivité des entreprises, une vraie loi qui la favorise, aboutissant à de vrais emplois pour tous, et qui ne débouche pas sur une exploitation du chômage et de l’échec scolaire de masse auxquelles ont conduit 70 ans de gauchisme et de droitisme « progressistes » successifs?

Une loi de cette envergure est très faisable dans de bonnes conditions anthropologiques qui se respectent et souhaitables pour tout le monde. C-à- dire, une loi basée sur le principe qui voudrait déjà en démocratie que le social soit le but pour le politique et de l’économique et non le contraire où le politique et l’économique ne sont plus respectivement considérés comme la manière et le moyen mis au service du bien commun qu’ils doivent être mais à ceux qui les détiennent. A suivre!

  1. Anthologique: au sens étymologique cueillir des fleurs, avec tout ce que ça a de négatif sur le plan humain puisque ça sous-entend réduire l’homme à son apparence, plus qu’à tout ce qu’il est…intrinsèquement


« Commémoration « festive » des morts de Verdun »

vanessabrooks

«Commémoration « festive » des morts de Verdun», s’insurge à juste titre Jean-Frédéric POISSON très irrité par les dernières annonces de François Hollande à la radio hier matin, et qui a décidé de réagir sans ménagement contre son intention de « tout faire pour » que le concert de rap du 29 mai prochain à Verdun  si controversé notamment par Alain Finkielkraut « ait lieu ».

Un « rappeur n’était pas à sa place à Verdun » a-t-il dit, à propos du rappeur Black M qui devait s’y produire, après la cérémonie de commémoration du centenaire de la bataille de Verdun et qu’on croyait définitivement enterré. Un concert qui refait parler de lui : aura-t-il, n’aura-t-il pas lieu?

Jean-Frédéric POISSON, Sur le site du Huffington post et celui d’Alétéia, dresse un réquisitoire en règle contre ce rappeur qui s’est déjà distingué par ses chansons «aux caractères gravement antisémites, homophobes et agressifs à l’égard de la France»…

Mais il s’en prend surtout très vigoureusement au secrétaire d’État aux anciens combattants traitant de « nazillons » ceux qui ont critiqué cette initiative, au Ministre de la Culture qui ne semblent pas mesurer «la décence nécessaire à préserver dans ce genre de circonstances», et surtout au mépris dont le président Hollande a fait preuve dans cette affaire à «vouloir ajouter des possibilités de désordre à la violence existante».

Aux dernières nouvelles, ce concert annulé par le maire socialiste de Verdun, Samuel Hazard,  «invoquant des « risques forts de troubles à l’ordre public » dans le contexte d’un « déferlement de haine et de racisme »», le restera. Et il n’en restera plus alors qu’il n’aura été qu’un un vrai casse-tête, surtout pour François Hollande qui, à vouloir être moderne, innovant pour plaire aux jeunes qu’il voulait séduire , se sera bien fait sonner les cloches.


Le remue-méninges sur la semaine écoulée de Jean Frédéric POISSON

Charles-Henri JAMIN Directeur de campagne de Frédéric Poisson président du PCD, nous invite à « découvrir ou à retrouver les articles et vidéos qui ont concerné notre candidat à la primaire Jean-Frédéric Poisson au cours de cette dernière semaine. »

Nous souhaitant une « bonne lecture à tous », un grand « merci de notre soutien » et  un « bon lundi de Pentecôte », il nous prie de trouver «  »notamment ses interventions sur le plateau de France 3 et à l’antenne de France Bleu, sa tribune sur la loi travail parue dans le FigaroVox ou encore une interview croisée Jean-Frédéric Poisson / Hervé Mariton parue dans le Famille chrétienne du 12 mai dernier.

 

Jeudi 12 mai – Famille chrétienne a réalisé une interview croisée entre Jean-Frédéric Poisson et Hervé Mariton sur leurs projets à la primaire (p16 à 2

Mardi 10 mai – Jean-Frédéric Poisson était l’invité politique de la matinale de France Bleu :  « On est en train d’assister au dépôt de bilan du Premier ministre Valls »

■ Mardi 10 mai – Retrouvez la tribune de Jean-Frédéric Poisson suite à l’annonce du gouvernement d’utiliser le 49-3 sur la loi Travail :  49-3 : « Pour le dépôt de bilan de Manuel Valls »

■ Mardi 10 mai – Jean-Frédéric Poisson était présent à la Manif pour tous contre l’esclavage et la GPA à Versailles. Découvrez l’article de 78actu : « La Manif pour tous mobilisée contre la GPA. »

Dimanche 8 mai – France 3  : Jean-Frédéric Poisson était l’invité politique du Grand Soir 3 : « Le message de l’action de Jeanne d’Arc était de rétablir l’indépendance et la souveraineté de la France. »

Vendredi 6 mai – L’Echo Républicain : Article sur la candidature de Jean-Frédéric Poisson suite à sa conférence de presse : « La France se délite sous nos yeux. »

Le PCD NOUS MERCI DE NOTRE SOUTIEN

JE FAIS UN DON !

DON EN LIGNE 100% SÉCURISÉ

  • Don de 20€  (6,80€ après déduction), je finance 8 exemplaires du projet
  • Don de 100€ (34€ après déduction), je finance 40 exemplaires
  • Don de 150€ (51€ après déduction), je finance 60 exemplaires
  • Don de 500€ (170€ après déduction), je finance 200 exemplaires
Pour tout don de 150 ou plus, recevez chez vous le Projet de Jean-Frédéric POISSON.

Suivez-le sur Twitter !


Suivez-le sur Facebook !


J-F POISSON, opposé à l’idée qu’Alain Juppé remporte cette primaire.

Voir sa vidéo à ce propos:

 

Voir aussi la plate-forme RPR-UDF que Jean-Frédéric POISSON évoque lors de cet interview et qui justifie comme exemple parmi d’autres qu’il se dise « opposé à l’idée qu’Alain Juppé remporte cette primaire. Cliquer sur le lien imprimé ci-dessous ↓

www.alternatives-economiques.fr_page.ph…ression&id_article=6232&id_parution=60


Macron, l’inspecteur Gadget de Hollande?

emmanuel-macron-bercy-1_5560001

Macron hésitant entre le direct de droite et le direct de gauche

Dans le Figaro du 12/05/2016: François-Xavier Bourmaud trouve que

«Emmanuel Macron poursuit son ascension sous le regard inquiet des socialistes».

S’il semblerait qu’il y ait bien un « phénomène Macron », cette expression, cet article qui s’en empare, comme tout ce qui se dit par ailleurs et qui va bon train dans ce sens, ne ressemble-t-il pas plutôt à du batelage médiatique fait autour d’un produit de luxe à l’estampille Macron que, à tout ce qu’on veut bien nous dire de lui?

S’agit-il vraiment d’ascension de Macron? Si oui, qu’en est-il exactement?  En serait-il ainsi « sous le regard inquiet des socialistes »? Ne peut-on alors assister à ce phénomène et à son évolution que la presse en rapporte sans s’interroger sur sa vraie nature? Tout de même, tout cela mérite-t-il pas d’être pesé?

François -Xavier Bourmaud grand reporter au service politique du Figaro

Dans son article, François-Xavier Bourmaud parle de « tensions qui n’en finissent pas de s’accumuler » « entre Emmanuel Macron et les socialistes » : de quoi parle-t-on au juste? En y réfléchissant, à moins de se laisser porter par le courant hasardeux du clivage droite gauche frelaté devenu progressiste conservateur dans lequel Macron veut nous entraîner ou nous traîner, je trouve qu’on s’y perd.

Eh bien si! Il y a bien eu le coup de colère de Walls hier justement s’adressant à Macron en plein milieu des débats qui ont eu lieu concernant la motion de censure que la droite a lancée contre la loi Travail à l’Assemblée Nationale qu’on pouvait suivre sur LCPan.

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, c’était après l’intervention de Christian Jacob. Il s’en prenait sur un point de celle-ci à Macron. Ce qui fut l’occasion pour Walls envers son ministre de l’économie d’un vif reproche, http://bcove.me/i0vm4s1s ; mais rien vraiment de plus qu’un incident qui a fait moins preuve de résulter d’un état de tension entre les deux hommes que, comme certains journalistes l’ont dit ici ou là qui donne à penser qu’il amplifiait un agacement voire plus, que les fidèles à Hollande extérioriseraient de plus en plus contre Macron en rapport avec toutes ses récentes déclarations toutes aussi floues les unes que les autres concernant le remodelage de la politique qu’il voudrait imprimer à l’esprit public. Vu d’un banquier et le connaissant un peu plus maintenant, ça laisse quand même perplexe.

La fusée Macron, comme qualifie François-Xavier Bourmaud sa prétendue ascension, n’est pas lancée qu’elle fuse de toute part comme un pétard que Serge Federbusch disait mouillé et qui apparemment a séché depuis; et qui finira par lasser et faire pschitt. Macron est plus selon moi le pion de Hollande que hollande n’est son Obstacle comme François Xavier le prétend. Qu’est-ce que Hollande a à faire de ne pas être réélu en 2017? Il a atteint ses objectifs sarkhollandais, et son seul sujet d’inquiétude n’est-il plus maintenant, que d’assurer la survie du système.

Alors Macron, qui n’est pas un politique, qu’est-il d’autre que le chiffon bleu, blanc, rose, on ne sait plus très bien…que le pouvoir agite pour redonner au peuple, qui se met à douter de tout (on le comprend), un semblant de réalité à une démocratie qui a disparu dans une France prisonnière des mains des technocrates qui n’en ont rien à faire du bien commun? Pendant que plus il y a de monde qui coure après Macron plutôt que de réfléchir au tour qu’on est en train de lui jouer, plus l’électorat sera in fine transférable à un candidat du système.

Macron n’est crédible comme candidat à une élection présidentielle que sur son look de jeune premier, énarque, banquier d’affaire et ancien inspecteur des finances… C’est sur ce plan là qu’il a était certainement nommé ministre de l’économie dont il n’a en lui-même pas la stature.

Pour le reste, . Si par extraordinaire que ce soit il était élu en 2017, il n’aurait pas de marche de manœuvre. C’est un pur produit du système qui serait très vite recyclé en potiche par ceux qui s’en servent de nouvelle Jeanne d’Arc donnée à notre espérance dans des jours meilleurs mal-embouchés.

Et cela expliquerait contrairement à ce qu’il aurait souhaité pour 2017, au mieux que Hollande n’aurait pas été assez bon pour que Sarkozy revienne et au pire, qu’il n’aurait pas été assez mauvais pour que ce soit Juppé qui prenne la place.

Et puis cela expliquerait aussi, sachant que la moitié des français ne vote plus, que concernant l’autre moitié qu’une grande partie d’entre eux ne savent même plus voter tellement ceux qui nous dirigent depuis trop longtemps si mal auraient tout rendu confus. A quoi alors plus de deux siècles de pérégrination républicaine fastidieux auraient servi?

Quant à « la fusée Macron », n’est-ce pas qu’un jouet dans les mains de Hollande? A moins que lui ne soit que son inspecteur gadget ou encore son drone qui finira qui sait comment et qui sait où: au rencart?