ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Le mythe Macron-Juppé « des candidats de la France qui va bien »


Lu dans le FIGAROVOXTRIBUNE du 29/04/2016. D’après Julien Landfried(1),

Les deux roues de secours de l'UMPS?

Alain Juppé et Emmanuel Macron: les deux roues de secours de l’UMPS si Sarkozy ne parvenait toujours pas à revenir sur le devant de la scène ou Hollande à faire oublier sa politique sarkhollandaise.

 » Macron est l’incarnation du profond désir des classes supérieures de voir traiter prioritairement ses problèmes avec le raisonnement suivant : il faut que la France qui va bien aille encore mieux et développe pleinement ses (grandes) potentialités », « pour que la France aille mieux » (sous-entendu: tout le monde, « la France qui va mal »…y-compris).

Si cette « France qui va bien » allait mieux, comment ceux qu’il situe dans la « France qui va mal » pourraient-ils aller mieux? « mieux » honnêtement et sincèrement bien sûr; c’est-à- dire: au sens qui aille pour leur plus grand bien. C’est carrément se moquer du monde que de prétendre cela, alors que c’est justement le contraire à quoi nous assistons de plus en plus en France et dans le monde; à savoir que plus ceux dont la situation est bonne s’améliore plus leur nombre diminue, plus ceux dont la situation s’aggrave plus leur nombre augmente; et que cette tendance est d’autant moins invariante qu’elle est le fait d’une technocratie organisée en véritable caste constituée de personnalités aussi différentes que Macron ou Juppé qui passent pour s’opposer sur le fond, mais qui sont en réalité surtout rivales. Ce qui est précisément tout le problème puisque les options qui en résulte ne varient toujours que sur la forme et de façon donc illusoire.

Et puis, peut-on comme il le fait parler d’un côté de « France qui va bien » et de l’autre, de « France qui va mal » si ce n’est que pour faire bon poids en résonance au récemment « la France va mieux » de François Hollande?

Autre affabulation: il résume l’élection de 2017 au vote Macron ou Juppé le seul choix possible qui sera à faire contre M. Le Pen et L. Mélenchon. Comme si on pouvait déjà se projeter au 2 e tour des présidentielles de 2017 alors que la campagne qui la précède ne sera officielle que dans plusieurs mois.

Ce que nous rapporte Julien Landfried à travers cet article n’est-il pas qu’une vision manichéenne de la société française: une vision qui tend à susciter le plus largement possible un effet d’entraînement au courant qui s’est formé à droite autour de Juppé (Homme à droite mais de gauche) et autour de Macron (homme à gauche mais de droite).

C’est une vision superficielle, dont l’argumentation est basée sur une approche sensible et non intelligible de la réalité. Le phénomène Macron-Juppé n’est qu’une théâtralisation de la politique UMPS qui n’a plus comme recours pour se maintenir en 2017 que d’abandonner le système d’alternance à bout de souffle qu’elle avait installé et de reparaître sous une nouvelle forme écran, plus jeune, plus ci plus là blabla…

Une évolution qui n’amènerait à rien de bon puisqu’elle ne rassemblerait essentiellement que des gens déterminés mais pas lucides et lucides mais pas déterminés, les deux catégories les plus opposées et inefficaces qui soient.

Pour ne prendre qu’un exemple, comme quoi cette présentation de la société française avec d’un côté, «une France qui va bien» (l’élite..) et de l’autre, « une France qui va mal »(les peu diplômés) n’est pas acceptable parce qu’elle obscurcit la vision de la réalité plus qu’elle ne l’éclaire, parler de France qui va bien et de France qui va mal ne traduit de la vie sociale qu’une forme contractée de celle-ci qu’on ne peut que relativiser impérativement sous peine de témoigner à son sujet d’un discours fautif, sinon.

Quand il parle des élites, qu’il rattache systématiquement à sa « France qui va bien », il se trompe. Il s’éloigne de la réalité. Il confond, couche supérieure de la société du point de vue fiscal, social, économique et du point de vue intellectuel, moral, spirituel…une couche de la société que ne recouvre pas que « ceux qui réussissent ». Car l’élite se situe autant dans les couches supérieures que inférieures de l’une et l’autre de ses »France »!

  1. Julien Landfried est membre du conseil scientifique de la Fondation Res Publica. Il a publié Contre le communautarisme (Armand Colin, 2007).

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.