ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Macron, l’inspecteur Gadget de Hollande?


emmanuel-macron-bercy-1_5560001

Macron hésitant entre le direct de droite et le direct de gauche

Dans le Figaro du 12/05/2016: François-Xavier Bourmaud trouve que

«Emmanuel Macron poursuit son ascension sous le regard inquiet des socialistes».

S’il semblerait qu’il y ait bien un « phénomène Macron », cette expression, cet article qui s’en empare, comme tout ce qui se dit par ailleurs et qui va bon train dans ce sens, ne ressemble-t-il pas plutôt à du batelage médiatique fait autour d’un produit de luxe à l’estampille Macron que, à tout ce qu’on veut bien nous dire de lui?

S’agit-il vraiment d’ascension de Macron? Si oui, qu’en est-il exactement?  En serait-il ainsi « sous le regard inquiet des socialistes »? Ne peut-on alors assister à ce phénomène et à son évolution que la presse en rapporte sans s’interroger sur sa vraie nature? Tout de même, tout cela mérite-t-il pas d’être pesé?

François -Xavier Bourmaud grand reporter au service politique du Figaro

Dans son article, François-Xavier Bourmaud parle de « tensions qui n’en finissent pas de s’accumuler » « entre Emmanuel Macron et les socialistes » : de quoi parle-t-on au juste? En y réfléchissant, à moins de se laisser porter par le courant hasardeux du clivage droite gauche frelaté devenu progressiste conservateur dans lequel Macron veut nous entraîner ou nous traîner, je trouve qu’on s’y perd.

Eh bien si! Il y a bien eu le coup de colère de Walls hier justement s’adressant à Macron en plein milieu des débats qui ont eu lieu concernant la motion de censure que la droite a lancée contre la loi Travail à l’Assemblée Nationale qu’on pouvait suivre sur LCPan.

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, c’était après l’intervention de Christian Jacob. Il s’en prenait sur un point de celle-ci à Macron. Ce qui fut l’occasion pour Walls envers son ministre de l’économie d’un vif reproche, http://bcove.me/i0vm4s1s ; mais rien vraiment de plus qu’un incident qui a fait moins preuve de résulter d’un état de tension entre les deux hommes que, comme certains journalistes l’ont dit ici ou là qui donne à penser qu’il amplifiait un agacement voire plus, que les fidèles à Hollande extérioriseraient de plus en plus contre Macron en rapport avec toutes ses récentes déclarations toutes aussi floues les unes que les autres concernant le remodelage de la politique qu’il voudrait imprimer à l’esprit public. Vu d’un banquier et le connaissant un peu plus maintenant, ça laisse quand même perplexe.

La fusée Macron, comme qualifie François-Xavier Bourmaud sa prétendue ascension, n’est pas lancée qu’elle fuse de toute part comme un pétard que Serge Federbusch disait mouillé et qui apparemment a séché depuis; et qui finira par lasser et faire pschitt. Macron est plus selon moi le pion de Hollande que hollande n’est son Obstacle comme François Xavier le prétend. Qu’est-ce que Hollande a à faire de ne pas être réélu en 2017? Il a atteint ses objectifs sarkhollandais, et son seul sujet d’inquiétude n’est-il plus maintenant, que d’assurer la survie du système.

Alors Macron, qui n’est pas un politique, qu’est-il d’autre que le chiffon bleu, blanc, rose, on ne sait plus très bien…que le pouvoir agite pour redonner au peuple, qui se met à douter de tout (on le comprend), un semblant de réalité à une démocratie qui a disparu dans une France prisonnière des mains des technocrates qui n’en ont rien à faire du bien commun? Pendant que plus il y a de monde qui coure après Macron plutôt que de réfléchir au tour qu’on est en train de lui jouer, plus l’électorat sera in fine transférable à un candidat du système.

Macron n’est crédible comme candidat à une élection présidentielle que sur son look de jeune premier, énarque, banquier d’affaire et ancien inspecteur des finances… C’est sur ce plan là qu’il a était certainement nommé ministre de l’économie dont il n’a en lui-même pas la stature.

Pour le reste, . Si par extraordinaire que ce soit il était élu en 2017, il n’aurait pas de marche de manœuvre. C’est un pur produit du système qui serait très vite recyclé en potiche par ceux qui s’en servent de nouvelle Jeanne d’Arc donnée à notre espérance dans des jours meilleurs mal-embouchés.

Et cela expliquerait contrairement à ce qu’il aurait souhaité pour 2017, au mieux que Hollande n’aurait pas été assez bon pour que Sarkozy revienne et au pire, qu’il n’aurait pas été assez mauvais pour que ce soit Juppé qui prenne la place.

Et puis cela expliquerait aussi, sachant que la moitié des français ne vote plus, que concernant l’autre moitié qu’une grande partie d’entre eux ne savent même plus voter tellement ceux qui nous dirigent depuis trop longtemps si mal auraient tout rendu confus. A quoi alors plus de deux siècles de pérégrination républicaine fastidieux auraient servi?

Quant à « la fusée Macron », n’est-ce pas qu’un jouet dans les mains de Hollande? A moins que lui ne soit que son inspecteur gadget ou encore son drone qui finira qui sait comment et qui sait où: au rencart?

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.