ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Une loi-travail faussement nommée loi-Travail


Une loi ni faîte ni à faire! Une loi improprement appelée « loi Travail », masquée « Travail » qui n’est autre qu’une loi « compétitivité des entreprises » qui ne veut pas dire son nom.

Améliorer la compétitivité des entreprises, n’est pas ce qu’on doit attendre d’une loi Travail! De n’avoir que trop développé en son nom, le chômage et l’échec scolaire de masse, ce n’est pas en son nom que le pouvoir pourra les inverser « maintenant ».

En voulant ainsi, le beurre et l’argent du beurre donnés au profit soit disant des entreprises et à l’économie, il n’obtiendra ni la compétitivité des entreprises, ni le plein emploi et la réussite scolaire dont les entreprises, les chômeurs, les travailleurs pauvres, les jeunes et leurs familles… bref, la France et tous les français ont besoin.

Avec le retour au plein emploi, il ne faut pas plaisanter, se louper : ça peut être la meilleure comme la pire des choses. Aussi doit-il être associé à une économie adossée à une conception de la politique qui prenne en compte tout l’homme quelle que soit sa condition d’origine et pas seulement dans une vision anthologique(1), déontologique mais aussi ontologique.

Cette loi Travail torchée n’est autre qu’une loi compétitivité des entreprises déguisée, une loi compétitivité des entreprises qui ne veut pas dire son nom. A son sujet, les premiers intéressés, autant dire des millions de français, n’ont même pas eu droit au chapitre.

A quand, une loi compétitivité des entreprises, une vraie loi qui la favorise, aboutissant à de vrais emplois pour tous, et qui ne débouche pas sur une exploitation du chômage et de l’échec scolaire de masse auxquelles ont conduit 70 ans de gauchisme et de droitisme « progressistes » successifs?

Une loi de cette envergure est très faisable dans de bonnes conditions anthropologiques qui se respectent et souhaitables pour tout le monde. C-à- dire, une loi basée sur le principe qui voudrait déjà en démocratie que le social soit le but pour le politique et de l’économique et non le contraire où le politique et l’économique ne sont plus respectivement considérés comme la manière et le moyen mis au service du bien commun qu’ils doivent être mais à ceux qui les détiennent. A suivre!

  1. Anthologique: au sens étymologique cueillir des fleurs, avec tout ce que ça a de négatif sur le plan humain puisque ça sous-entend réduire l’homme à son apparence, plus qu’à tout ce qu’il est…intrinsèquement

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.