ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

2 images d’une même entité… ne doivent désigner qu’une seule et même chose


« 2 images d’une même entité ne doivent désigner qu’une seule et même chose, une seule et même réalité et non deux choses voire plus de différentes !».

Ce qui est souvent loin d’être le cas, concernant aussi bien ce qui se passe dans la rue que, au plus haut sommet de l’Etat.

On peut vivre de la mendicité sans être un vrai clochard, quelqu’un qui ne peut pas subvenir à ses besoins par ses propres moyens, comme on peut avoir plein de grandes qualités et se retrouver ministre sans être le plus capable voire pas du tout à ce poste.

S’il en est bien ainsi de la logique et non des faits, alors que tout va si mal, de plus en plus mal même, n’est-ce pas de ce que très – trop – souvent deux images voire beaucoup plus d’une même entité ne font pas qu’un, ou un n’est plus égal à un; mais à +100 parfois, quand ce n’est pas à moins cent selon la tête du client.

Sur les sujets du management, de la gestion des ressources humaines et ceux liés aux problèmes de gouvernance qui me tiennent particulièrement à cœur, prenons l’exemple avec tout ce qui a trait au pouvoir et à l’autorité, deux entités distinctes seulement intellectuellement qui ne sont en réalité que les deux images d’une même chose qui est « commander » et qu’on a pourtant écarté très imprudemment, dangereusement dans deux domaines séparés et en conséquence de quoi les résultats sont partout catastrophiques.

Avec cette loi Travail par exemple, quand on aura mille images de la même entité de ce que doit représenter le travail, l’emploi… on aura cent, mille réalités différentes comme autant de disparités syndicales, juridiques.

Autre exemple, c’est avec le terme d’homme de pouvoir complètement galvaudé dès l’instant où d’image qu’il est de quelqu’un de qui on attend quelque chose de précis qui relève d’une autorité, il n’est plus associé à l’image et seulement à elle,  qui est celle d’homme au pouvoir, à quelqu’un qui a un pouvoir de manière légale, mais qui se trouve associé maintenant à peu près à tout ce qu’on veut.

Car, rien n’est plus anormal de constater qu’on peut être un homme de pouvoir et n’en être investi d’aucun, et être un homme au pouvoir et n’être pas du tout un homme de pouvoir.

Ce, parce que par un certain relâchement intellectuel, le terme d’homme de pouvoir qui aurait ne conserver qu’un sens positif, a pris aussi un sens négatif si, la notion d’homme de pouvoir restait fidèlement rattachée à celle d’autorité.

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.