ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Hollande, un président « taupe-modèle »: normal?

François Hollande, un «président trop normal» voire «anormal», version «Sarkozy en pire» nous dit David Desgouilles dans son article paru vendredi dernier dans le FigaroVox?

Un président pris à son propre piège par les primaires auxquelles il ne pouvait échapper qu’en renonçant à se présenter à sa propre succession… comme le laisse-t-il encore entendre?

Tout cela est très joliment dit mais n’est que l’image qu’il veut donner de lui pour nous faire perdre de vue le vrai Hollande qui n’était pas du tout là « pour durer ».

Non! En bon technocrate taupe-modèle, il est venu saper un maximum de droits des citoyens : loi Travail, déremboursements des soins, des aides; dégradation du temps et conditions de travail, des droits à la retraite…

Tout cela sans contrepartie tant soit peu juste … et dans le sillage de la politique que l’UMP avait préparée entre 2007 et 2012 et que ce même parti converti en Républicains reprendra à son compte en 2017 si Fillon le Sarkozy bis devient président en mai prochain, grâce à Walls, Macron… et autres Hollande bis dont la présence au premier tour ne sera que pour ramener la droite au pouvoir.

Pour le coup, sarkhollandisme toujours en vigueur, Hollande aura été un président « taupe modèle » « normal ». Puisque comme tel et en tant qu’élu de gauche grâce à des voix de droite, il aura tout fait pour faire « maintenant » élire Fillon un homme de droite avec des voix de gauche: normal aussi!

Et en faisant en sorte après que Sarkozy lui ait prêté le flanc en 2012, que Hollande à son tour prête le flanc à Fillon: normal toujours et encore! Enfin, sarkhollandaisement parlant comme il se doit dans une démocratie de façade.


Hollande, le non-candidat en 2017 et les non-dits à ce sujet

Le François Hollande avec ses manières d’être et de parler, son allure un peu comique dignes « des personnages les plus étranges de la littérature anglo-saxonne » que décrit Anne-Sophie LETAC dans son article, correspond – je crois – au portrait aussi qu’il veut donner de lui.

C’est le côté maladroit de lui qu’il veut qu’on retienne pour faire oublier le côté plus terrible du technocrate qu’il est avant tout et qui n’était pas arrivé à la tête du pays pendant 5 ans par hasard ou par ambition comme on le pense plus ou moins mais pour atteindre des objectifs très précis qui prépare au quinquennat suivant.

Je crois même qu’il avait tout à fait le profil pour succéder à Sarkozy à qui il n’a pas cessé par retour, indirectement bien sûr, de prêter le flanc pour lui permettre de revenir.

Mais comme ce fut un coup pour rien puisque Sarkozy a été battu non conformément à ce qui – faut pas se leurrer – était prévu très probablement entre eux et au sein de leurs Etats Majors respectifs, il a dû revoir quelque peu ses plans.

Un scénario qui colle  bien avec le personnage narcissique et à la fois faussement insignifiant qu’il a réussi à donner de lui, et capable de faire croire qu’il avait pu passer du « Président Normal » d’il y a cinq ans au « non-candidat » actuel par renoncement dû à son indécision ou autre du genre.

La réalité intelligible moins crédible mais cependant plus raisonnable est que, sans Sarkozy aux présidentielles, Fillon ne peut être que son successeur. Avec un duel Fillon-Hollande  l’alternance à droite ne se ferait pas comme prévu.

Car c’est ça le dernier objectif qui est dans son viseur.