ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Walls fait ses premiers pas de candidat, Cazeneuve ceux de premier ministre… la diversion UMPS-BIS à gauche en marche!

Walls fait ses premiers pas de candidat, Cazeneuve ceux de premier ministre et aussi, Bruno Leroux ceux de ministre de l’intérieur.

voilà la souris que les montagnes d’échanges de politesses au sommet de l’Etat ont accouchée après que Hollande ait déclaré qu’il ne serait pas candidat à sa propre succession. Mais que se passe-t-il

il aura fallu une semaine, mais nous avons été rassurés: Tout continuera mieux que jamais comme avant. Nos trois heureux récipiendaires que Hollande a nommés à de nouvelles missions ont été formel sur ce point.

Et que ça plaise ou non, et quoique Walls se soit dressé en grand chevalier rose contre la droite, il fera – sans plus tout de même – tout ce qu’il pourra en parallèle pour que Fillon soit le prochain locataire à l’Élysée en mai prochain.

En tant que co-responsable de la politique de Hollande très contestée et contestable, il sait trop bien qu’il n’a que peu de chance de pouvoir rivaliser avec Fillon. Mais comme la mise en scène est bien huilée, il peut espérer tromper le monde pour arriver à faire croire le contraire et constituer la force d’appoint dont Fillon aura besoin pour que leur coup réussisse.

Le fond de tout ceci n’est pas dû (que) au renoncement de Hollande à être candidat à sa propre succession. Il est nécessité aussi par l’échec de Sarkozy aux primaires de la droite qui a fait de Hollande un candidat gênant pour la survie du système que seul Fillon peut permettre contre une force possible qui la renverse…

L’échec de Nicolas Sarkozy aux primaires de la droite de novembre dernier n’était pas prévu au programme de Hollande. Cet imprévu a changé la donne pour François Hollande, Manuel Walls,  Cazeneuve et Bruno Leroux… Le reste n’est que du théâtre pour brouiller les esprits: Walls, l’homme fort et le rassembleur de la gauche; Cazeneuve, l’homme remarquable tout le temps et félicité partout; Leroux, le solide à gauche ou le dur à droite…

Tout ça, c’est aussi de la démocratie de façade. Et plus en politique la craque est grosse, plus elle a de chance d’être gobée! – comme ce que les médias tentent de nous faire avaler à savoir que Walls serait le seul à qui reviendrait de diriger l’entreprise pour devenir le leader de la gauche.