ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Le libéralisme, un totalitarisme qui n’est pas encore arrivé à ses fins


Nicolas Bouzou, un étrange voire un piètre défenseur de la liberté d’expression. Il traite  de cinglés (ou de propagateurs de « sottises » et « d’apeurés de l’avenir »ce qui revient au même) tous ceux qui ne pensent pas comme lui.

Que je sache, le droit d’émettre une opinion n’est pas réservée aux siphonnés du libéralisme et de l’innovation et ceux qui les subissent ne les privent pas de continuer leurs basses besognes quand ils dénoncent leur aveuglement…

Oui! Le libéralisme, l’innovation érigés en absolu sont aveugles! Ils sont ces fenêtres aveugles qui ne permettent de voir que les contenants qu’il faut donc percer pour que la lumière commence enfin à se faire jour sur les contenus réels correspondants notamment aux éléments du cadre de vie et autre qu’on nous impose.

Or, qu’y a-t-il de plus important que de faire toute la lumière sur quelque chose d’aussi obscur que le libéralisme quand parmi ceux qui gravitent autour certains en retirent des pouvoirs exorbitants qu’ils exercent souvent de façon malveillante. Un exemple avec les réformes clientélistes: elles sont malveillantes et nous les devons au libéralisme de droite comme de gauche et du centre…

Le libéralisme est un totalitarisme qui ne veut pas dire son nom comme le totalitarisme est un libéralisme qui ne veut pas non plus dire le sien. La différence entre les deux n’étant qu’une question de stade d’évolution. Dans le premier, le système n’est pas encore parvenu à ses fins; et dans le second, si…

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.