ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Être chrétien ou empreint du sens de justice avant d’être politique


SOUTIEN À FILLON… CONTRE MACRON ET À SON IDÉOLOGIE DÉVIANTE CAR, SI LE CONSERVATISME EST À BIEN DES ÉGARDS LA FAUSSE BONNE SOLUTION, LE PROGRESSISME N’EST-T-IL PAS QUANT LUI LA PIRE MENACE QUI SOIT. PUISSENT LA SYMBOLIQUE DES VIERGES PRÉVOYANTES ET INSOUCIANTES ET DES BONS SERVITEURS ET DU MAUVAIS CONTENUE DANS LES DEUX PARABOLES DU CHAPITRE 25 DES ÉVANGILES SELON ST MATHIEU NOUS GUIDER POUR COMPRENDRE ÇA.

La vraie politique, c’est être toujours sur le fond avant d’être sur la forme.

Quand on est chrétien avant d’être politique, on est empreint d’esprit de justice. Et si on est empreint du sens de justice et qu’on n’est pas chrétien, on a toutes les chances de faire un bon politique.

Être chrétien avant d’être politique.

Ce qui donne lieu donc de penser que c’est surtout en étant chrétien avant d’être politique qui peut offrir les meilleures garanties que la France puisse retrouver un cours politique économique et social satisfaisant.

Si donc nous avons fini par comprendre que foi tant que esprit de justice et politique sont inséparables, grâce au regain d’intérêt salutaire qu’on connaît actuellement pour les valeurs chrétiennes et de justice, il n’en reste pas moins qu’on doit être chrétien, autrement dit empreint de justice, avant d’être politique.

Or, si c’est le contraire qui s’est toujours passé, jamais pareille chose n’avait été encore aussi néfaste… À cet égard, la bataille de coqs stérile auxquels se sont livrés récemment les « identitaires » et les « contre-identitaires » en est un parfait exemple.

Comme quoi les chrétiens semblent devenus plus incapables que jamais pour faire la part des choses, de ce qui est bon dans le progrès comme dans les traditions et de ce qui ne l’est pas

L’EM/PS*, l’UMPS cent fois pire.  

Ces désordres chrétiens sont d’autant plus grave aujourd’hui, que les effets négatifs qui en résultent s’empilant ont fait le lit de courants politiques extrêmement dangereux, dont progressisme le pire de tous. 

À cause du manque d’unité des chrétiens, il est même est l’ennemi n°un, y compris de lui-même parce qu’il  apportera partout – s’il arrive au pouvoir – la désolation aussi au sein de son propre camp.

Le progressisme est une idéologie déviante et le macronisme qui s’y nourrit une supercherie quand ce n’est pas un mensonge…

Quand par exemple Macron dit qu’être français c’est être ni de droite ni de gauche, c’est faux par calcul politicien; un moyen par lequel il tente de constituer une nouvelle majorité artificielle et redonner une apparence légale à une démocratie de façade qui perdure depuis plus de 40 ans mais qui est au bord de s’effondrer et qui tournera à la dictature très prochainement si elle réussit à se parer de cette peau de serpent de ni gauche ni droite. dont nous n’aurons sur le plan économique et social que la peur, la douleur, les larmes, les grincements de dents et la mort pour tout salaire.  

Alors – et aussi bien dans les grandes choses comme dans les petites, ne cédons pas à tout ce qui nuit à l’unité des chrétiens et de tous ceux qui sont empreints de justice; et ne cédons pas non plus aux serpents à sornettes du progressisme.

Bientôt viendra sinon le règne insensé des vierges folles et des mauvais serviteurs des deux paraboles dont parlent les Évangiles selon st Mathieu chapitre 25.

Ce, parce que c’est à tous ceux qui sont politiques avant d’être chrétiens ou empreints de justice, esclaves de la loi au lieu de l’être de la justice (cf st Paul), les premiers pour n’avoir pas été suffisamment consciencieux dans les missions qui leur étaient confiées et les autres pour n’avoir pas été fiables non plus et menteurs de surcroît en usant toujours de fausses allégations pour justifier l’absence de résultat concernant tout le travail qu’on attend d’eux et qui ne vient jamais…

Je n’est pas la place tout de suite pour donner un éventail de tous les cas où pose problème le fait de ne pas être chrétien ou empreint de justice avant d’être politique, mais voilà une idée d’ensemble qui permette à chacun de faire ses propres recherches…

Si nous voulions nous y tenir quelque peu, croyons qu’il ne faudrait pas beaucoup de temps pour comprendre pourquoi Jésus disait à Marthe que c’était Marie qui avait « la meilleure part ».

  • EM dans EM/PS,  pour mouvement « en marche » de Macron, bien sûr.

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.