ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


«Pauvre France…», victime de la droite tordue

«Pauvre France…» dit Jean-Louis Debré s’en prenant violemment à François Fillon qui selon lui «aurait dû se retirer, au lieu de se livrer à une conférence de presse [qu’il qualifie abusivement de ] consternante» si on considère les faits.

«Pauvre France…» dit-il aussi et non moins violemment contre tous ceux qui comptent ou comptaient se rendre au Trocadéro pour le rassemblement de soutien à François Fillon prévu cet après-midi et qu’il prétend «organisé pour dresser le peuple contre la justice et la presse» alors que c’est contre l’instrumentalisation de la justice que ce rassemblement est prévu.

Alors oui, Pauvre France!  Mais, c’est de voir Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel qui ne finit même pas ses phrases, qu’il faut dire, Pauvre France!

«Pauvre France…» en effet, que de voir notre pays, victime de la droite tordue dont Jean-Louis Debré fait partie… aux côtés des hollande, Macron mais aussi de tous ceux qui ont lâché lâchement François Fillon en ennemis tant de l’intérieur que de l’extérieur qu’ils sont à son égard comme de la France aussi, tant ils l’ont meurtrie par l’affairisme et ses ravages qu’ils lui ont fait subir depuis ces 40 dernières années et que le tribunal de l’Histoire tarde à dénoncer. Voilà ce qu’il oublie d’ajouter.

En effet «Pauvre France…», à cause alors de ceux qui ont livré la démocratie aux technocrates.

C’est cette situation qui l’a privé des dispositions de loi qui auraient, de deux choses l’une, permis ou bien au politique de différer l’enquête et les mesures judiciaires dirigées contre François Fillon au sujet de cette affaire ou non d’emplois fictifs….

Ou bien auraient-elles permis au judiciaire de la poursuivre à concurrence que soit accordé au candidat en lice dans la course à l’ Élysée, en l’occurrence à François Filon, les conditions d’un report des présidentielles lui permettant comme il se devrait dans une vraie démocratie de se maintenir dès lors que rien ni personne ne devrait pouvoir l’en exclure s’il devait -ce qu’on est obligé d’envisager aussi – être reconnu innocent des faits qui lui sont reproché ,ne pouvant être responsable d’avoir recouru à des pratiques financières qui correspondent à celles en usage au Parlement.

Que ces pratiques soient indéniablement contestables, et entièrement à revoir pour cette raison, incriminent le fonctionnement du Parlement, non François Fillon.

De toute évidence, il y a là une carence législative soigneusement entretenue par un système politique dans lequel les technocrates ont un pouvoir anormalement prédominant sur la vie politique proprement dite. C’est bien de ce que des personnalités influentes proches du pouvoir économique ou lui appartenant ont livré la démocratie aux technocrates pour faire une politique de « droite tordue ».

Sachant que le front républicain qui n’a de front que le toupet, et que le FN, le FG, Hamon… n’ont aucune chance de remporter ces élections, à qui profite le crime? Pour le savoir, ne demandez pas à Jean-Louis Debré pour qui il ne votera pas, demandez lui plutôt pour qui il votera .À n’en pas douter, il s’agit bien de la même personne: Emmanuel Macron, le sorti-de-nulle part devenu le leader d’En Marche EMPS.


FAISONS FRONT COMMUN CONTRE LA DROITE TORDUE QUI VEUT ÉLIMINER FILLON!

QUESTION DE PRINCIPE, DE BON SENS ET DE DROIT … NON DE VOULOIR «mettre en cause les institutions, la justice ou le travail de la police» COMME L’A DÉCLARÉ FRANÇOIS HOLLANDE APRÈS QUE «Le président du mouvement, émanation politique de La Manif pour tous, [AIT ANNONCÉ QU’IL ALLAIT] mobiliser ses réseaux pour la manifestation de soutien au candidat, ce dimanche, au Trocadéro».

QUESTION DE PRINCIPE. PRESSONS LA JUSTICE POUR QU’ELLE NE SE LAISSE INSTRUMENTALISER PAR TOUS CEUX, Y COMPRIS DANS SON PROPRE CAMP, QUI CHERCHENT À ÉLIMINER FRANÇOIS FILLON, AU PROFIT D’UNE PSEUDO NI GAUCHE NI DROITE DE SURCROÎT.

ET SURTOUT PAR LE DÉNI DE PRÉSOMPTION D’INNOCENCE ORCHESTRÉ PAR LES HOLLANDE, MACRON, BAYROU, STEFANINI, SOLÈRE, LE MAIRE ET AUTRES CHNOQUES DE LA DROITE TORDUE QU’ILS VEULENT NOUS FAIRE SUBIR À FILLON!

QUESTION DE BON SENS. C’EST LA NÉCESSITE D’UN REPORT DES PRÉSIDENTIELLES QUI DOIT SE FAIRE ENTENDRE.

ELLE SEULE PRÉVAUT POUR QUE LA PRÉSOMPTION D’INNOCENCE S’APPLIQUE. CE PRINCIPE S’IMPOSE AVEC D’AUTANT PLUS D’ACUITÉ QUE POUR EXERCER SES FONCTIONS LE FUTUR PRÉSIDENT VERRAIT SA LÉGITIMITÉ MISE EN DOUTE À BON DROIT À LA MOINDRE DIFFICULTÉ QUI SE PRÉSENTERAIT.

AVEC TOUTES CELLES QUI SURVIENDRONT INÉVITABLEMENT, LA FRANCE DEVIENDRAIT ENCORE PLUS INGOUVERNABLE QU’ELLE NE L’EST ACTUELLEMENT.

PLUS ENCORE, QUESTION DE DROIT NOUS EXPLIQUE Me  PHILIPPE FONTANA, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS, INVITÉ DE 24H EN QUESTIONS DU 1ER MARS DERNIER SUR LCI QUI PARLE D’UNE VOLONTÉ D’ÉLIMINER FILLON JURIDIQUEMENT FAUTE DE POUVOIR L’ÉLIMINER PHYSIQUEMENT… REVENIR AUSSI SUR LES PROPOS DE Me Dupont-Moretti ET DE L’ANCIEN MAGISTRAT PHILIPPE BILGER DISANT QUE L’INTERVENTION DU PNF NE S’EST PAS FAÎTE AU HASARD DU CALENDRIER…

FAISONS FRONT COMMUN CONTRE LA DROITE TORDUE, LA FRANCE TORDUE QUI VEUT ÉLIMINER FILLON!


Fillon qui voulait « casser la baraque », serait-il passé aux travaux pratiques?

François Fillon au sujet de son appel direct au peuple.

20170302_163649Peu après que François Fillon ait de «nouveau dénoncé une cabale du système judiciaire et médiatique destinée à» «l’assassiner», Marc de Boni et Jean-Baptiste Garat (dans le Figaro Premium de cet après-midi) sont formels : François Fillon a choisi, – lors de cet «appel direct» «au peuple», «qui se traduira par une manifestation organisée au Trocadéro à Paris ce dimanche» -, « Une ligne de défense qui a autant galvanisé le dernier carré des fillonistes que dépité les autres ». «La plus retentissante d’entre elles» soulignent-ils encore «reste celle du directeur de campagne Patrick Stefanini, qui a été refusée par le candidat».

Comment tout cela va-t-il se terminer? Hé bien! il ne manquerait plus maintenant que François Fillon renonce à sa candidature après avoir raisonnablement renoncé à la retirer.

Après le coup de massue qu’il a reçu quand tout lui est tombé dessus en vrac sans qu’on puisse discerner sur le fond, n’importe quel homme politique sensé se sachant innocent aurait eu le même réflexe à sa place.

C’est au temps politique de reprendre ses droits. Tous ceux qui le lâchent au nom de sa promesse non-tenue de se retirer s’il était mis en examen montrent qu’il ne le soutenaient que dans un but intéressé. Maintenant que tout se corse, il détalent.

À lui de ne pas céder et pourquoi pas de les remplacer: lui qui parlait de « casser la baraque »… C’est au temps politique de reprendre ses droits.


Après l’annonce choc de sa mise en examen, François Fillon contre-attaque.

Un report des présidentielles et par contre coup des Législatives prochaines semble inévitable. Car, si le temps judiciaire et politiques peuvent se percuter, la présomption d'innocence dont François Fillon bénéficie l'impose. Tandis que son non report la bafouerait. Ce qui serait un non sens judiciaire. Et, dès lors que ça ouvrirait un boulevard à des candidats qui n'avaient très probablement aucune chance de devenir Président de mai prochain, un non report équivaudrait à une instrumentalisation de la justice dont feraient preuve ceux qui devraient en être les garants par leur passivité.

Un report des présidentielles et par contre coup des Législatives prochaines semble inévitable. Car, si le temps judiciaire et politiques peuvent se percuter, la présomption d’innocence dont François Fillon bénéficie l’impose. Tandis que son non report la bafouerait. Ce qui serait un non sens judiciaire. Et, dès lors que ça ouvrirait un boulevard à des candidats qui n’avaient très probablement aucune chance de devenir Président de mai prochain, un non report équivaudrait à une instrumentalisation de la justice dont feraient preuve ceux qui devraient en être les garants par leur

«La France plus grande que nous tous», dans tout ça, ne s’est-elle pas fait voler 2 mois de débats?

Un report des présidentielles et par contre coup des Législatives prochaines semble inévitable. Car, si le temps judiciaire et politiques peuvent se percuter, la présomption d’innocence dont François Fillon bénéficie l’impose. Tandis que son non report la bafouerait. Ce qui serait un non sens juridique. Car, dès lors qu’aucune mesure ne serait prise dans ce sens, ça ouvrirait un boulevard à des candidats qui n’avaient très probablement aucune chance de devenir Président de mai prochain, un non report équivaudrait à un déni de justice dont se rendraient responsables ceux qui en étaient les garants par la passivité dont ils auraient fait preuve à l’égard de ceux qui l’auraient – intentionnellement ou non – instrumentalisé. Dit plus simplement, la justice se sera laissé instrumentalisée.

Sur toutes les grandes chaînes de radio et de télévision, François Fillon a annoncé en tout début d’après-midi sa détermination plus forte que jamais à

Sur toutes les grandes chaînes de radio et de télévision, François Fillon a annoncé en tout début d’après-midi sa détermination plus forte que jamais à maintenir sa candidature dans la course aux Présidentielles pour faire face aux soupçons d’emplois fictifs le concernant et qui ont tourné en campagne de déstabilisation menée contre lui.

En outre, n’en est-on pas arrivé au stade de vouloir que la France plus grande que nous tous voit qu’on lui rende les 2 mois de débats liés aux présidentielles 2017 que lui ont volé ceux qui sont derrière ce qu’il est convenu d’appeler du vacarme fait contre François Fillon autour de cette soit disant affaire d’emplois fictifs? En conséquence de quoi, un report des dates liées à cette élection et par contre coup des Législatives prochaines semble inévitable.

Aussi, armé du soutien solide d’une grande partie de la droite, du centre et d’un grand nombre de français, mais aussi de sa volonté farouche d’en découdre avec les accusations de fraudes qu’il estime injustifiées qu’on veut lui mettre sur le dos, il a très vigoureusement fait entendre qu’il ne céderait pas, qu’il ne se retirerait sous l’effet d’aucune pression… .

«La France est plus grande que nous tous, elle est plus grande que mes erreurs etc … » a-t-il martelé, mettant ainsi en garde tous ceux  – mais et sans les nommer, surtout les états-major de campagne de ses adversaires politiques – qui voudraient exploiter à leur avantage les atteintes injustifiées dont il est de plus en plus l’objet et qui tendent à le discréditer de manière malveillante aux yeux des millions de citoyens qui le soutiennent et de tous ceux qui voudraient le rejoindre, assurant au passage à tous les français, qu’il ne refusera pas d’obéir aux injonctions de la justice qui veut l’entendre sur ces soupçons et à qui il reproche -très en colère: on le serait à moins – qu’elle ait pu le convoquer sur un simple rapport de police : démarche ne faisant plus de lui, a-t-il dit, un citoyen comme un autre.

La France est plus grande , a-t-il aussi laisser entendre, que la colère démesurée qui n’en finit pas de déferler sur les réseaux sociaux entre autre qu’ont pu déclencher les deux mois de polémiques, d’attaques en tous genres menées violemment contre lui depuis que la machine médiatique s’est emballé …

Oui! La France est plus grande que nous tous, qui que nous soyons.Peu après sa mise en examen François Fillon a eu raison de le dire. Cela vaut également pour le pouvoir et la justice en place: la France est aussi plus grande qu’eux. Que soit rendu alors à la France et aux millions de français les 2 mois de débats qu’on leur a volé!