ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

«Pauvre France…», victime de la droite tordue


«Pauvre France…» dit Jean-Louis Debré s’en prenant violemment à François Fillon qui selon lui «aurait dû se retirer, au lieu de se livrer à une conférence de presse [qu’il qualifie abusivement de ] consternante» si on considère les faits.

«Pauvre France…» dit-il aussi et non moins violemment contre tous ceux qui comptent ou comptaient se rendre au Trocadéro pour le rassemblement de soutien à François Fillon prévu cet après-midi et qu’il prétend «organisé pour dresser le peuple contre la justice et la presse» alors que c’est contre l’instrumentalisation de la justice que ce rassemblement est prévu.

Alors oui, Pauvre France!  Mais, c’est de voir Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel qui ne finit même pas ses phrases, qu’il faut dire, Pauvre France!

«Pauvre France…» en effet, que de voir notre pays, victime de la droite tordue dont Jean-Louis Debré fait partie… aux côtés des hollande, Macron mais aussi de tous ceux qui ont lâché lâchement François Fillon en ennemis tant de l’intérieur que de l’extérieur qu’ils sont à son égard comme de la France aussi, tant ils l’ont meurtrie par l’affairisme et ses ravages qu’ils lui ont fait subir depuis ces 40 dernières années et que le tribunal de l’Histoire tarde à dénoncer. Voilà ce qu’il oublie d’ajouter.

En effet «Pauvre France…», à cause alors de ceux qui ont livré la démocratie aux technocrates.

C’est cette situation qui l’a privé des dispositions de loi qui auraient, de deux choses l’une, permis ou bien au politique de différer l’enquête et les mesures judiciaires dirigées contre François Fillon au sujet de cette affaire ou non d’emplois fictifs….

Ou bien auraient-elles permis au judiciaire de la poursuivre à concurrence que soit accordé au candidat en lice dans la course à l’ Élysée, en l’occurrence à François Filon, les conditions d’un report des présidentielles lui permettant comme il se devrait dans une vraie démocratie de se maintenir dès lors que rien ni personne ne devrait pouvoir l’en exclure s’il devait -ce qu’on est obligé d’envisager aussi – être reconnu innocent des faits qui lui sont reproché ,ne pouvant être responsable d’avoir recouru à des pratiques financières qui correspondent à celles en usage au Parlement.

Que ces pratiques soient indéniablement contestables, et entièrement à revoir pour cette raison, incriminent le fonctionnement du Parlement, non François Fillon.

De toute évidence, il y a là une carence législative soigneusement entretenue par un système politique dans lequel les technocrates ont un pouvoir anormalement prédominant sur la vie politique proprement dite. C’est bien de ce que des personnalités influentes proches du pouvoir économique ou lui appartenant ont livré la démocratie aux technocrates pour faire une politique de « droite tordue ».

Sachant que le front républicain qui n’a de front que le toupet, et que le FN, le FG, Hamon… n’ont aucune chance de remporter ces élections, à qui profite le crime? Pour le savoir, ne demandez pas à Jean-Louis Debré pour qui il ne votera pas, demandez lui plutôt pour qui il votera .À n’en pas douter, il s’agit bien de la même personne: Emmanuel Macron, le sorti-de-nulle part devenu le leader d’En Marche EMPS.

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.