ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


« Pierre Lellouche se retire de la vie politique » ou exemple de tartuferie LR-UDI-PS

Pierre Lellouche semble ne pas comprendre « l’appel de son parti à voter en faveur d’Emmanuel Macron, (c’est pourquoi il) préfère renoncer à briguer sa propre succession dans la 1ere circonscription de Paris. » Au delà de ce que Pierre Lellouche nous raconte, qu’en est-il exactement?

Pierre Lellouche instrumentalise plus en soi la décision contre nature de son parti appelant à voter Macron qu’il ne la condamne vraiment.

Maintenant qu’à plusieurs niveaux du PS mais aussi du LR et autre tout a été fait pour que Le Pen prenne la place de Fillon au 2nd tour, Pierre Lellouche a beau jeu de regretter une telle situation alors qu’il en est forcément partie prenante.

Pourquoi sinon aucun commun accord condamnant la survenue d’une telle dérive n’a été décidé avant le 1er tour? Pourquoi Pierre Lellouche et tous ceux qui comme lui et tous ceux qui vont sortir de partout à regretter, à appeler à la rénovation de leurs partis, maintenant que le mal est fait, font les étonnés et qui au nom d’une prétendue nécessité de restructuration de la droite soit disant « réduite à appeler à voter.. Macron » ignoreraient-il qu’en l’absence d’un tel accord ce scénario des dissensions du parti au sein du LR n’était pas jouable; Le Pen n’aurait pas été au 2nd tour; et au plus bas mot, Fillon l’aurait coiffé au poteau…

Tout se passe donc en trois étapes selon des objectifs fixés à l’avance pour chacune d’elles. 1) Il voulaient du duel Macron-Le Pen. 2) au 2nd tour ils veulent que Macron remporte l’élection, chose autrement plus difficile que pour Chirac en 2002. Et 3) Il veulent refaire surface aux Législatives et reprendre la main avec Macron et continuer comme avant avec leur démocratie de façade, leur majorité de façade, leur opposition de façade…

Par quel procédé si incroyable parviennent-ils à faire peau neuve et repartir de plus belle à chaque fois? Brièvement, c’est très simple : quand la vérité les dérange, ils savent faire en sorte qu’elle nous échappe; et quand elle ne nous échappe plus, ils font en sorte qu’elle nous embarrasse.

C’est le principe du fonctionnement par étape du fourbe. Tel en est-il encore à plusieurs niveaux du LR-UDI-PS dans cette campagne. Tout a été fait pour qu’on ait toujours un train électoral de retard d’une étape sur l’autre. Quand un Sarkozyste, un Juppéiste appelait à voter Fillon, il se gardait bien de dire qu’il allait tout faire pour que Le Pen lui passe devant et appeler à voter Macron au second tour et autre manipulation.

De même Pierre Lellouche à sa manière qui dénonce leurs contradictions d’entre deux tours mais se garde bien de nous éclairer sur les mécanismes mis « en marche » avant le premier tour pour les rendre effective au second.


Jean Frédéric POISSON appelle à la recomposition de la droite française

Après les résultats électoraux décevants de dimanche dernier qui ont mis les Français dans le dilemme de n’avoir plus d’autre choix aussi difficile que de devoir élire Macron, le Hollande bis, s’ils ne veulent pas de Le Pen ou d’élire Le Pen, la « bête noire des élites » s’ils ne veulent pas de Macron; après les trahisons des principaux leaders du parti « républicain » qui ont appelé aussitôt à voter Macron, ceux-là mêmes qui pour la plupart se disaient les plus certains de le battre; après ces quatre derniers mois de vie politique jamais vue en bientôt soixante ans de Ve République, avec les salades politico-judiciaires, le retour en force des idéologies qu’on croyait d’un autre âge, la poussée « d’en Marche! – qui sait où? »-, ENFIN UNE BONNE NOUVELLE qui nous vient de Jean-Frédéric POISSON par le projet très intéressant de recomposition de la droite qu’il propose de susciter et que je m’empresse de divulguer ci-dessous pour ceux qui n’en auraient pas eu encore connaissance:

Le PCD refuse de se jeter dans les bras ni de l’un ni de l’autre des deux vainqueurs du premier tour des élections présidentielles comme l’ont fait tant de responsables politiques dès dimanche soir. Cette attitude est indigne et lâche.Nous devons profiter de ces quinze jours de négociations pour faire peser nos idées et assurer notre liberté de parole.
 
Jean-Frédéric Poisson avait soutenu le projet politique de François Fillon suite à la victoire de ce dernier aux primaires de la droite et du centre. Le candidat des LR et la majorité des cadres de droite ont choisi de soutenir E. Macron, sans condition ni tractation. Or, aucun des éléments nécessaires au redressement de la France n’est présent dans le programme d’Emmanuel Macron. C’est pourquoi le PCD ne peut en aucun cas soutenir sa candidature.
 
Le Parti Chrétien-Démocrate souligne son opposition à la position de certains Républicains et tient à rappeler qu’il a toujours combattu le projet d’Emmanuel Macron.

     • l’initiateur et le metteur en scène de la politique économique de François Hollande.
 
A cause de son action de secrétaire général adjoint de l’Elysée, pistonné par Jacques Attali, les prélèvements obligatoires sur les ménages ont augmenté de 47,3 milliards d’euros sous le quinquennat Hollande, à quoi il faut ajouter ses piètres résultats comme ministre de l’économie.
 
     • non prise en compte des problèmes réels de la France et des Français
 
S’il est vrai qu’il diagnostique pertinemment les changements radicaux qu’entraîneront la révolution technologique dans le monde de demain, il n’imagine pas un seul instant que la solution puisse être autre chose que de s’adapter quoi qu’il en coûte à ce système d’aliénation insidieuse (uberisation généralisée). Il troque la politique contre l’économisme.
 
     • la loi du plus fort
 
La société d’ultra-mobilité que Macron appelle de ses vœux n’est enviable que par les plus favorisés. Pour les autres, ce modèle n’est rien d’autre que de l’ultra-instabilité.
 
     • dérégulation généralisée Sous prétexte de favoriser la liberté individuelle, Macron veut voir disparaître les corps intermédiaires qu’il juge obsolètes et contraignants (organisations représentatives, famille, nation, etc.). En se montrant hostile à ces organisations et à toutes les formes de règles qui protègent les plus fragiles et permettent aux précaires de se faire entendre, Macron se fait le candidat de l’individualisme et des privilégiés. Son projet aurait un effet déplorable pour la France périphérique.
 
     • marchandisation effrénée
 
Travailler pour consommer et consommer pour créer du travail, voilà à quoi se résument les propositions de Macron et à quoi est ordonné tout son programme. Il n’y a aucune place pour la question du sens que les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir trouver dans leur activité professionnelle.
 
En somme, Macron prétend que tous les problèmes de la France ont leurs causes et leurs solutions dans l’économie. C’est la raison pour laquelle il traite les questions identitaires et sécuritaires si superficiellement.
 
     • orientations sociétales incompatibles avec la défense de la dignité et de la vie
 
Le modèle de société porté par E. Macron est radicalement incompatible avec celui que promeut le PCD. C’est particulièrement vrai sur l’ensemble des sujets fondamentaux : mariage pour les personnes de même sexe et défense de la famille, accueil de la vie, travail du dimanche, accompagnement des personnes en fin de vie.
 
    • le reniement de la France
 
Macron a osé déclarer que la France n’avait pas de culture et n’a cessé de présenter son histoire comme celle d’un pays de criminels et d’oppresseurs. La France ne peut pas être représentée par un homme qui la dénigre ainsi.

MACRON : UN PRODUIT MARKETING

  • une pure émanation des médias et de l’élite
 
Toute la campagne de Macron a été soutenue et gonflée par les grands médias et de grands industriels qui voient leurs intérêts dans cette candidature du mondialisme et de l’argent.
 
     • le consensus mou
 
Les discours d’Emmanuel Macron sont absolument vides. Il sait bien qu’il ne sortira de cette ambiguïté qu’à son détriment. Pourtant, plus que jamais, la France a besoin d’un cap.
 
     • le soutien des vieux crocodiles du monde politique et ralliement d’une droite molle
 
Macron accumule les soutiens incompatibles entre eux, et tous responsables de la fragilisation de la France : Robert Hue, Jacques Attali, Bernard Henri Lévy, Pierre Bergé, Daniel Cohn-Bendit, François Bayrou. Il faut désormais y ajouter la ruée générale de dimanche soir vers Emmanuel Macron (les frondeurs de gauche comme étonnement et malheureusement les responsables des Républicains).
 
     • une majorité parlementaire introuvable
 
Macron n’a pas fédéré autour d’un projet mais autour d’une communication marketing, en profitant de la déliquescence du paysage politique français. Il n’est pas en position de constituer une majorité au Parlement et sera sans cesse confronté à des blocages.

LE PCD SE BAT POUR QUE L’HOMME SOIT

AU CŒUR DE TOUTE DÉCISION POLITIQUE

FAIRE UN DON