ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Aurons-nous un Valls à l’envers à Matignon en 2017

La question se pose déjà, par ci et par là, comme si tout était joué d’avance que ce serait Macron notre prochain Président de la République, comme pour troubler aussi ceux qui hésitent et veulent réfléchir encore. Mais quel mépris du peuple, de la démocratie ai-je pensé que de vouloir ainsi tout jouer d’avance. Et puis le déclic m’est venu de penser à Gandhi ce grand homme d’action tant admirable et admiré qui disait que  « Les buts ne sont pas supérieurs aux moyens qui ont permis de les atteindre »…

Que la droite gagne aux Législatives ne changera rien si Macron passe. Si! On aura tout de même quelques têtes nouvelles qui apparaîtront, un jeu de chaises musicales hors du commun.

Pour le reste ce ne sera que l’illusion du changement car, la victoire de cette droite, celle qui a appelé à voter Macron, ne nous ferait pas sortir de la démocratie de façade en place, marquée à gauche comme à droite par une emprise, du pouvoir économique et administratif, sur le politique.

Si donc cette droite passe, on aura au mieux une cohabitation de façade et au pire une coalition de celle-ci à Macron. Et dans le cas contraire où elle perdrait, notre droite de façade retombera dans l’opposition de façade qu’elle a pratiquée avec le pouvoir hollandais ces cinq dernières années.

Si par contre Macron ne passe pas, avec Le Pen et sa vision de l’économie et autre que seuls ne partagent qu’une minorité pour en faire un but pourrait être l’un des moyens pour en finir avec quarante ans de comédie inhumaine du pouvoir car rien ne serait joué d’avance pour elle et son parti aux Législatives si elle était élue… tandis qu’avec Macron, si! Avec lui tout est manigancé, « En Marche »-on ne-sait que trop-vers-où… N’est-il pas tant alors, sous l’égide de Gandhi disant que « les buts ne sont pas supérieurs aux moyens qui ont permis de les atteindre », n’est-il pas tant de s’apercevoir que si, comme le dit si complaisamment le grand journaliste du Figaro Guillaume Tabard pour qui Macron serait « le candidat des solutions ». Le Pen ne serait-elle pas quant à elle la candidate des moyens qui permettraient de les atteindre?

Juste une question comme ça, à laisser trotter dans notre tête – jusqu’à dimanche bien sûr! Après, il sera trop tard, etc.