ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Le boycott des médias, notre «colline de l’Aventin» contre le rouleau compresseur En Marche

Maintenant que la démocratie est devenue le paillasson du pouvoir et l’otage d’un contre-pouvoir stérile, absent, le peuple ne devra plus compter surtout que sur lui.

Pour se sortir de ce mauvais pas, il doit pour cela regarder les choses en face: nous sommes revenus «en 494 avant Jésus-Christ», au temps de la «Sécession de la plèbe», comme en témoigne le taux record d’abstention d’après l’ancien conseiller de François Mitterrand Jean-Claude Barreau, quand – nous dit-il  dans le Figaro Vox d’hier – des citoyens pauvres de Rome s’estimant bafoués » se retirèrent sur la colline de l’Aventin et que les Patriciens… obligés de faire des concessions… furent créés les «Tribuns de la plèbe», inviolables et sacrés, chargés de défendre le peuple».

Dans la Rome actuelle où tout homme est réduit à sa situation socio-économique; à celle de ses parents… nous sommes ces personnes bafoués par des patriciens des temps modernes appartenant par la naissance à la classe supérieure des citoyens romains d’aujourd’hui.

Notre colline de l’Aventin où aller se trouve dans le boycott de certains médias, télévisions…

Dans le droit fil de cette abstention massive qui avait tout du boycott électoral, c’est le seul moyen pour retrouver un équilibre avec le pouvoir en l’absence de tout contre-pouvoir crédible, fiable, efficace. Ceux qui prétendent l’incarner sont de plus en plus englués dans des batailles d’ego, nous promettent toujours le renouveau mais qui ne font-ils, à part participer à des émissions, animer des réunions, vendre des livres sur le dos souvent de la précarisation grandissante de la société, réduire l’élitisme aux gens de leur milieu,? Que font-ils à part ça? Pas grand chose.

La Démocratie En Marche. En nous inspirant donc « des citoyens pauvres de Rome » pour toute colline de l’Aventin nous n’avons qu’à lui tourner le dos par un boycott de ces médias… Avec près de 23 millions d’abstentionnistes organiser un boycott massif des médias, émissions, consommation bien ciblés est très faisable.

Ça  pourrait avoir un premier effet économique permettant de répondre quelque peu aux besoins des plus démunis et dans un second de faire pression sur l’économie dominante qui serait obligée d’écouter le peuple.

Sous l’instigation de Gandhi et le mot d’ordre de qui plus un hindou ne devait plus acheter de vêtements de l’occupant anglais, les Indes ont pu retrouver leur indépendance.

Notre «colline de l’Aventin». Toute l’économie tourne de plus en plus autour de la pub, mettons tous ceux qui en vivent de notre côté en les obligeant à faire agir, le gouvernement, l’Etat, pour que les mesures que le peuple attend depuis des décennies soient enfin prises.

Ces derniers sauront où faire les coupes budgétaires et autre pour que la cause du peuple soit enfin entendue.

Tant que la République En Marche n’aura pas de Démocratie En Marche face à elle, tant que des pertes financières élevées ne pèseront pas sur le pouvoir, le saccage du code du Travail, l’un des gros problèmes auquel il faudrait s’attaquer en premier, continuera à faire ses ravages sous couvert pompeux de réforme, de cadre d’un dialogue qui n’a de social que le nom.

Et pour n’être plus le paillasson des uns ni l’otage des autres quelle troisième voie reste-il: La Démocratie En Marche dont le boycott des médias… est un levier tout indiqué, un bulldozer contre lequel à taille égale un rouleau compresseur En Marche ne peut rien…


la démocratie devenue le paillasson du pouvoir et l’otage d’un contre-pouvoir décevant

De mandature en mandature, la démocratie ne peut indéfiniment être le paillasson du pouvoir et l’otage d’une société civile auto-proclamée, opérante aux calendes grecques, qui nous promet toujours le renouveau mais qui ne fait que vendre des livres, sur le dos de la précarisation grandissante de la société, réduire l’élitisme aux gens de leur milieu, monopoliser le contre-pouvoir dont ils empêchent tout exercice seulement potable.

Rien qui n’ait pu empêcher la disparition pure et simple du politique au profit de l’économisme, le broyage de millions de gens, fiscalement, socialement, économiquement et surtout humainement.

Mais c’est alors que François Xavier Bellamy dit que « tout commence ». Non! C’est là que tout recommence comme avant, et pour cinq ans encore parce que tout est déjà joué à quatre jour du deuxième tour … À part quelque rares exceptions comme Jean-Frédéric Poisson qui peuvent encore sauver la face, après on n’aura plus que des NKM que Macron voudra laisser passer pour « bons et loyaux service » rendus aux piétineurs de la démocratie que le pouvoir économique en place exècre…