ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Vérité en action: les chiffres en politique et l’usage abusif qu’en font les hommes de pouvoir

S’il est un sujet très important auquel les citoyens doivent s’intéresser sans trop attendre, c’est bien celui concernant l’usage abusif des chiffres qu’en font les hommes au pouvoir quand ils sont – ajouterai-je  – des hommes de pouvoir au lieu d’être des hommes d’autorité.

Un sujet qui se décline en deux axes : 1) l’usage abusif des chiffres en politique. Et 2) les responsables politiques (hommes ou femmes de pouvoir) en cause.                        

les chiffres et leur usage abusif en politique. On pourrait multiplier les exemples mais en voici un de récent et très significatif de la situation. C’est le cas de l’usage abusif des chiffres en politique qui est très ancien et qui a tout récemment profité à Macron dont – je le maintiens – l’arrivée à la tête de l’Etat et celle de toute sa suite au Parlement et ailleurs étaient dans les tuyaux depuis longtemps.

Sa percée fulgurante en politique n’étant que le résultat d’une mise en scène umpsiforme pour laquelle l’usage abusif des chiffres à joué à plein. La dramatisation des chiffres du chômage de masse au point qu’ils ont été gonflés à l’hélium en est une parfaite illustration. Auparavant, on multipliait les stages en formation, les emplois aidés pour masquer l’état réel du chômage. Quand soudain, jamais ses chiffres n’avaient-ils été aussi désastreux que transparents.

Sous Hollande déjà; lorsque, (comme par hasard) dans le contexte d’un sarkhollandisme et d’un retour de Sarkozy tous deux en panne, Macron rentrait en scène comme l’homme de la situation: l’homme nouveau, le deus ex machina, celui -pfft!- qui allait, quarante ans à retardement, maintenant que tout était en place pour que le système fasse sa mue, « rompre » avec les pratiques anciennes jugées comme par enchantement désormais stériles.

Quand par ailleurs on sait que la dette publique colossale a en grande part financé le chômage de masse non moins colossal, et que cette dette doit être financée quant à elle par les retombées socio-économiques que doivent permettre les mesures antisociales voire asociales contenues dans les réformes du code du Travail que le pouvoir Macron veut mettre en place par ordonnances, on a bien là les caractéristiques d’un usage abusif des chiffres.

les responsables politiques (hommes ou femmes de pouvoir) en cause. Et ces pratiques, qui sont monnaie courante ont des effets négatifs considérables sur la vie sociopolitique quand ils émanent de responsables politiques de haut rang dont le recours à celles-ci est la marque des hommes de pouvoir, les faux hommes ou femmes d’autorité, prêts à tout pour arriver à leurs fins égocentriques.

On comprend mieux comment, ceux-là mêmes qui font courir le monde à sa perte, peuvent avoir le culot de prétendre que c’est par eux qu’il  sera sauvé.

Ce sont des hommes de pouvoir qui ont la particularité surtout de vouloir avoir pour avoir, prendre les moyens pour des buts et les buts pour des moyens; se montrant en cela à l’envers de tout fonctionnement normal humain d’homme au pouvoir qui voudrait que ce qui doive être, advenir prime toujours sur le reste.

Alors je reviendrai sur cet usage abusif des chiffres si cet exemple ne suffisait pas; avec l’affaire ou autre du « trou de 9 milliard d’euros environ » dans le budget 2017 Macron et consorts sans conteste possible ne pouvaient ignorer contrairement à ce qu’ils ont prétendu… Mais le but est tout tracé maintenant. C’est celui de la vérité en action qui sur ces questions nous appelle à susciter en nous et autour de nous des hommes d’autorité, des hommes qui prennent conscience du jeu de dupes du système et de leur capacité à pouvoir le renverser s’il le fallait. Bref, des gens qui ne marchent plus….