ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

«les réformes annoncées vont porter leurs fruits».Le ministre de l’intérieur prend les français pour des imbéciles…


D’après lui, «les réformes annoncées vont porter leurs fruits» – oui! mais pour qui et pour combien de personnes seront-ils délicieux? Gérard Colomb est peu bavard sur ce point. Mais, il s’en pourlèche trop les babines pour que nous butions très longtemps sur la réponse sans être sûr au moins de deux choses: nous aurons les fruits et ils seront amers…

Sous prétexte que – comme il dit – «on ne peut pas continuer dans une voie qui a amené le pays à 3 millions de chômeurs», le ministre de l’intérieur Gérard Colomb croit pouvoir prétendre qu’il n’y a que la voie des réformes annoncées par ordonnance que lui et ses amis du gouvernement appellent de leurs vœux … pour relancer tant l’emploi que l’économie? Balivernes!

Le chômage de masse, au même titre que celui de l’échec scolaire ou autre phénomène de masse, n’est qu’un épisode dans la longue saga du pouvoir économique régnant qui se poursuit depuis plus de quarante ans. Ce chômage de masse et la dette qui l’a financé ne sont un fléau que pour le peuple qui passe actuellement pour celui que les gouvernements précédents ont trop écouté… Tout cela est faux. C’est là l’épisode suivant de la comédie inhumaine de ce pouvoir: le moyen qu’il se donne pour exploiter le problème dans l’autre sens afin maintenant de sucrer le peuple de ses droits…

Gérard Colomb prend les français pour des imbéciles. Il n’y a aucun doute là-dessus, quand on sait que: 1) nous n’avons pas 3 mais 5 millions de chômeurs et 1 à 2 millions de précaires si ce n’est davantage. Et 2) l’une et l’autre voie en question (dans son propos) ne sont que les deux faces de la même médaille: celle qui revient aux tenants du pouvoir économique en place depuis plus de quarante ans.

Ce sont eux qui ont fait le choix du chômage de masse il y a plus de quarante ans; ce qui leur donne maintenant l’opportunité de revendiquer un retour au plein emploi à très bon compte pour eux tandis que tous les chiffres du social explosent de toutes parts et que dans ces conditions le peuple devient corvéable à merci.

Tout ça afin sous une forme nouvelle de maintenir dissociées l’économie du pouvoir et celle du peuple et de faire que ceux qui relèvent de la première restent à tout point de vue les bénéficiaires; et ceux qui n’en relèvent pas restent quant à eux le bec dans l’eau ad vitam aeternam. Non merci, monsieur le ministre de l’intérieur! Une autre voie est possible est autrement souhaitable, et démocratique celle-là: elle viendra lorsque le politique aura repris le dessus sur l’économique…

Si ce n’est un loup déguisé en agneau, comment Gérard Colomb, peut-il en outre laisser entendre aussi éhontément que le chômage de masse serait dû à quarante ans de politique par trop complaisante aux attentes excessives des citoyens qu’il fait passer pour des irresponsables; et que le courage politique serait subitement la marque du pouvoir Macron, le seul à même de face aux réalités?

Alors que le pouvoir Macron n’est qu’une parodie de mouvement en arrière qui succède à celui qui a conduit au chômage de masse puisque ce chômage de masse n’est qu’un moyen juteux pour le pouvoir économique toujours en place de produire à terme de la main d’oeuvre financièrement et juridiquement bon marché; rien ne sert par ailleurs de faire reculer le chômage, pas plus que les rigidités de l’économie, quand c’est surtout de résorber dans de bonnes conditions les problèmes de ceux-là et de celui-ci qui compte. Quand d’après Gérard Colomb «les réformes annoncées vont porter leurs fruits» – oui! – mais lesquels? De quels fruits amers parle-t-il?

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.