ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Violence d’extrême-gauche, un moyen de « censure par le bruit » dont profite le pouvoir


«Pourquoi une telle complaisance du pouvoir pour la-violence d’extrême-gauche», demandait Alexandre Devecchio hier dans le FigaroVox à Laurent Bouvet entre autre professeur de Science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Selon lui, «le romantisme révolutionnaire, surtout lorsqu’il est assorti d’une violence dont ils [un ensemble de gens qui les soutiennent ou du moins qui prétendent le faire, tranquillement installés derrière leur ordinateur] sont strictement incapables, a toujours été très prisé chez certains intellectuels. Au-delà…  ces militants ont des soutiens… dans la gauche politique, syndicale, associative, dans la presse aussi.»

Mais il oublie de dire que la violence d’extrême-gauche est aussi un moyen de censure par le bruit, pour ne pas dire autre chose, dont profite le pouvoir…

Dans ce désordre, toute vraie opposition au gouvernement est inaudible: un contexte idéal pour celui-ci qui peut profiter de la confusion et passer en force ses lois par ordonnance sans difficulté…

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.