ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

J-L Mélenchon, E Macron: 2 voies à bannir… autant l’une que l’autre


J-L Mélenchon, E Macron: 2 voies « fraternalistes » les plus antagonistes des vraies valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité… autant l’une que l’autre.

J-L Mélenchon ainsi que son mouvement ont beau être très contestables pour leurs méthodes et dérives violentes et de trop bénéficier d’une paradoxale complaisance de la part «d’un ensemble de gens, certains intellectuels»  et plus largement d’une grande partie de « la gauche politique, syndicale, associative, dans la presse aussi, qui les soutiennent», J-L Mélenchon reste l’adversaire inespéré, presque idéal, de E Macron.

Il est pourrait-on dire son exact opposé, avec contre lui, l’image négative qui le caractérise surtout celle « du retour aux années 80 » et leur Etat providence auxquelles on doit des décennies de politique qui ont conduit au néolibéralisme et à l’arrivée de E Macron. Tout est lié… 

Quelques exemples pêle-mêle: Là où E Macron est le banquier, le financier, celui qui appartient à la nouvelle génération, l’homme neuf, où il apparaît comme l’homme qui est tourné vers l’avenir, J-L Mélenchon est le flambeur, l’anti capitaliste, le vieux, l’homme du passé… Tout ce qui caractérise J-L Mélenchon fait de lui l’adversaire inespéré de E Macron.

Et la situation d’échec ou de démonétisation de la parole, il faut bien le dire dans laquelle se trouvent ces autres adversersaires font de J-L Mélenchon son moins mauvais opposant

Pour faire le poids contre E Macron, J-L Mélenchon va avoir fort à faire. Mais il n’en prend pas le chemin.

Pour faire le poids contre E Macron, il faudrait que J-L Mélenchon puissse capter assez de soutiens dans à peu près tous les autres électorats que le sien.

Chose quasi impossible, il symbolise trop « le retour aux années 80 et à son Etat providence dont pour ainsi dire plus personne ne veut.

Alors que E Macron – bien qu’il soit issu à l’en croire autant de la gauche que J-L Mélenchon – il est son exact opposé et a tout lieu de tirer les marrons du feu qui mine le pays depuis plus de quarante ans…

C’est pourquoi il se veut tant celui qui peut seul « réparer le pays » dont il faut tourner la page du passé selon lui qu’il veut qu’on ne voit que dans ce qu’il a de plus sombre, mis à part pour ce qui est du Siècle des Lumières dans ce que ce siècle était – ce qu’il se garde bien de dire – celui qui se voulait aussi réformateur de la monarchie et pas seulement de son renversement…

Ainsi peut-il avec J-L Mélenchon comme moins mauvais opposant, faire passer tous ses autres adversaires pour une minorité d’agitateurs et tenir tous leurs auditeurs potentiels à bonne distance pour que rien ne change.

Mais voilà, ce dans quoi E Macron essaie de nous entraîner est certainement pire que l’ancienne monarchie. Par son abolition la France a connu la terreur. Ensuite deux siècles de libéralisme et d’égalitarisme les plus antagonistes aux vraies valeur de liberté et d’égalité; avec E Macron elle connaitrait celui le plus antagoniste des vraies valeurs de la fraternité: LE fraternalisme…

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.