ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Résultats des sénatoriales, une réplique de «l’ancien monde»… « sarkhollandais » devrait ajouter E.Macron.


Mais, E.Macron finit-il toujours ses phrases quand il dit par exemple que les résultats des sénatoriales sont une réplique de l’ancien monde?

Plutôt dire – ce qu’il a omis de préciser – que ces résultats sont 1 réplique de «l’ancien monde» « sarkhollandais » à SES ordres. Et pour cause: ces élections n’ont fait surtout que voir s’installer au Sénat l’opposition de façade qui n’était plus tenable à l’Assemblée Nationale où elle n’a que trop perduré pendant les deux précédents quinquennats…

Quand Gérard Larcher, à l’annonce de sa réélection déclare aux français, que les élus locaux veulent «confiance et respect de la part d’Emmanuel Macron», «ce qui a manqué ces derniers temps» précise-t-il comme pour insister et qu’il promet dans la foulée « une majorité exigeante et positive tandis qu’il ne réagit en aucune manière aux propos que Macron a tenus de son côté, disant que les résultats de ces élections sont « une réplique de l’ancien monde », -la question s’adresse autant à G. Larcher qu’à E.Macron- mais de quel ancien monde s’agit-il?

Que s’est-il installé sans tambour ni trompette dans l’univers visiblement un peu trop feutré du Sénat si ce n’est le sarkhollandisme qui était devenu intenable à l’Assemblée Nationale où il n’avait que trop perduré pendant les deux précédents quinquennats de N Sarkozy et F Hollande?

Alors! La majorité, que promet l’insubmersible Mr Larcher, envers qui et quoi sera-t-elle surtout le plus exigeante et le moins positive: est-ce envers ce qui soutient ou ce qui ne soutient pas la politique d’E.Macron quand elle doit et devra être combattue?

Comment en effet une majorité néolibérale d’opposition au Sénat va vouloir seulement exercer tant soit peu un contre-pouvoir sur la majorité actuellement ni gauche ni droite » paraît-il -sans qu’on sache très bien- et qui détient très largement le pouvoir à l’Assemblée Nationale et se trouve être également néolibérale, laquelle assemblée, depuis que les sénatoriales ont passé, est au ordre d’un président que de Gaulle aurait qualifié de cabri tant il n’est plus qu’à dire maintenant l’Europe, l’Europe, l’Europe…

Conclusion: face aux « tirs croisés d’un exécutif « ni gauche ni droite » qui fait feu de tout bois du libéralisme aux deux assemblées, le pays a besoin d’une union droite gauche également croisée maintenant. Et si on ne parvenait pas à l’enclencher rapidement pour la développer à un rythme suffisant pour la rendre opérationnelle en 2022, à cette date, comme cette années aux présidentielles, nous aurons perdu encore cinq ans…

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.