ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Poster un commentaire

LA FIN DES MAISONS MAL-ISOLÉES se fera… GRÂCE À UNE ECONOMIE À TAILLE HUMAINE ou ne se fera pas…

Les maisons mal-isolées sont une des énièmes conséquences négatives d’une économie malade que je qualifierai de trans-humaine dont le mal qui la caractérise est entrain d’envahir tous les rouages de la vie en société.

Affiliée donc au transhumanisme dont on vante tant à tort l’intérêt, cette économie est inhumaine dans ce sens que, tout ce qui est trans-humain, qui se rapporte au transhumanisme, est par définition « loin de l’homme », n’est pas à taille humaine, n’est pas adapté à l’être humain, aux individus qui composent la société, pas même à ceux pour qui ce faux-progrès est un avatar new age …

Cette économie n’est pas qu’asociale. Elle est aussi antisociale. C’est elle qui est responsable – certes indirectement: c’est d’ailleurs tout le problème – par son inaction, son absence de toute action préventive dans quelque domaine que ce soit, comme celui des maisons mal-isolées, dont s’occupe si mal Hulot si ce n’est imbécilement pour mettre au pas de cette économie inhumaine tous ceux qui en définitive lui doivent de ne pas être aux normes et de ne pouvoir y être jamais puisque celle-ci ne cessent, comme un monstre toujours plus assoiffé de sang, que de n’être que plus contraignantes. En l’absence de toute économie digne d’une démocratie qualitative, la seule qui vaille, c’est absurde!

Et, que cette économie se veuille fondée sur le principe du bonus malus n’arrange rien à l’affaire. Ce n’est qu’une tromperie, car ce principe ne vaut que pour les assurances, les banques car chaque assuré engage des moyens financiers auxquels ont contribué toute une communauté d’assurés, de clients.

Ce principe bonnus malus d’assureur, que Hulot veut utiliser pour « s’attaquer (comme il dit) aux propriétaires de passoires énergétiques» – de même que la fiscalité incitative à la mise aux normes de ceci et de cela  (un de mes prochains sujets…) – de même ce principe n’est qu’une déviance de l’économie actuelle qui n’est autre que trans-humaine et ne date pas de Macron.

Il n’est là que pour faire croire qu’on a changer d’époque. Faux. On est plus que jamais dans le monde d’hier: celui de la démocratie quantitative, un monde entre les mains de ceux qui se servent de majorités artificielles contre des minorités disparates (comme là les propriétaires de maisons « mal-isolées ») rendant pesant l’avènement nécessaire et souhaitable d’une vraie démocratie qui ne peut être que qualitative. Jusqu’au jour où ils se la prendront en pleine g…