ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Poster un commentaire

La peur des migrants et l’exploitation qui est faite de ceux-ci contre le social…

Dénoncer la peur des migrants, il le faut bien puisqu’il ne fait que l’attiser, pendant que passe à la trappe tout vrai débat de fond sur  l’exploitation qui est faite de ceux-ci contre le social.

De Patrice de Plunkett nous parvient sur Facebook que Mgr JACHIET, ÉVÊQUE AUXILIAIRE DE PARIS aurait dit, certes à raison, que « LA PEUR DES MIGRANTS N’EST PAS UNE PEUR CHRÉTIENNE »… mais PAÏENNE.

Mais se pourrait-il que cette peur joue malgré elle son rôle… Bref, qu’elle ne serait soit bon an mal an pas aussi découragée qu’il y paraît?

Car, quel rôle joue-t-elle contre les flux migratoires qui ne font que s’accroître? Que servent au fond surtout cette peur et ces flux à part empêcher tout vrai débat de fond?

… La peur des migrants a beau n’être pas chrétienne, ceux qui la condamnent le plus sont ceux, chrétiens ou non, qu’elle dérange souvent le moins… pourquoi?

Parce que, elle empêche tout vrai débat de fond qui peut à commencer embarrasser certains chrétiens qui ne connaissent peut-être pas la peur des païens  mais que la peur des chrétiens qu’ils devraient connaître n’empêche en tout cas pas toujours de dormir…

À moins de pouvoir pécher de bonne grâce, il y aurait sans cela de quoi…  en l’absence de raison noble pouvant justifier que tout soit fait pour déconsidérer cette peur et l’attiser?

Se pourrait-il qu’il s’agisse bien d’une peur des migrants, si peur surtout il y a, et qu’elle ne soit pas si païenne qu’on le croie ou veut bien le dire? Et si ce flux massif était donc une opportunité pour autre chose?

Ne peut-on pas penser au premier chef que les eurocrates y aurait indirectement intérêt, pour qui cette peur serait une aubaine dès lors qu’un afflux aussi massif de migrants répond sinon très bien assez bien au contexte économique qui n’est que l’oeuvre de leurs mains.

Quel autre est-il que celui d’une inflation qui tarderait à venir pendant que rien n’est fait vraiment pour la dégager… L’explication semble assez simple: l’inflation « manquante » ne gêne pas le soutien à l’activité; et l’instabilité financière que ferait courir cette in-inflation de même que les flux migratoires massifs continus ne menacent que la hausse d’une grande part des salaires ou de certains prix (exemple parmi d’autres avec les «achats responsables» que Valérie propose de développer dans sa Région).

N’a-t-on pas là tout un contexte bien ficelé pour rendre cohérent la situation de dilemme dans laquelle on se trouverait et qui voudrait qu’en temps de crise on soutienne coûte que coûte l’activité au dépens de la stabilité financière et ainsi faire mieux accepter le social au tout dernier rang…

Pour ceux qui veulent stigmatiser toute autre approche de ce problème que pose ces flux migratoires qu’on le veuille ou non, tout devient bon pour laisser un peu trop assimiler aux peurs ancestrales celle des migrants…