ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Qui sont plus jaloux? Ceux qui sont trop attachés au code du travail ou Macron?


Tout le monde est jaloux parce que tout le monde est toujours quelque part trop attaché à qqch.

«Quand Macron dénonce cette jalousie qui paralyse la France» affirme-t-il, qui est responsable de cette situation sinon Macron lui-même?

Mais entre celui qui peut être trop attaché au code du Travail et celui l’est trop aussi à vouloir passer outre par ordonnances, c’est Macron qui est le plus jaloux…

Y-aurait-il 1 mal à être jaloux de ses droits..envieux, d’1 travail quand on est au chômage… de pouvoir en vivre décemment… de ne pas à cumuler tant bien que mal les activités professionnelles et autres pour y parvenir toujours plus difficilement quand c’est possible?

Voilà globalement à quel »travaillez-plus gagnez plus » qu’on nous répète en boucle depuis Sarkozy auquel on est promis: « un gagner plus-travailler plus » pour plus de réglementations contraignantes de plus en plus coûteuses et – faîtes le compte – de moins en moins bénéfiques…

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.