ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

La symbolique du miel et des sauterelles dont se nourrissait le prophète J-Baptiste


De ce que fut la vie de Jean Baptiste et de ses relations entre autre avec les gens de son temps, n’est-il pas de meilleure illustration que la symbolique du miel et des sauterelles qui constituaient (nous disent les Écritures) la seule nourriture de ce grand prophète vu chez les chrétiens comme le plus grand de tous?

Quelle peut bien être alors la symbolique du miel tout d’abord?

C’est le produit merveilleux des abeilles. Même pour ceux qui n’aiment pas le miel (j’en connais, qui ne connaît pas une personne dans son entourage qui n’aime pas en manger?). Quoiqu‘il en soit, le miel est pour une grande majorité de gens, un produit délicieux qui se prête très bien pour faire de bons gâteaux.

D’aucuns s’en servent couramment pour sucrer leur lait, leur café. Bref, pour plein de choses agréables sur les plans tant culinaires, gustatifs que thérapeutiques… Mais c’est surtout, du moins dans la conscience collective – comme on dit – l’aliment préféré des ours.

Alors c’est vrai que Jean Baptiste vivait, aux yeux de beaucoup de ses contemporains, comme un ours: un peu comme cet animal, il se tenait le plus souvent à l’écart du monde… quand il s‘adressait aux humains, disent les témoignages, il ne parlait pas il criait comme à la manière des ours apparemment aussi.

Pourtant, tout ça ne colle pas pour comprendre qui était vraiment Jean Baptiste dont il est dit qu’il était « très doux, merveilleusement doux »?

Aussi, le seul parallèle possible entre lui et cet ours ne peut se trouver autant dans un absolu opposé que peuvent l‘être du miel et des sauterelles. Si donc, Jean le Baptiste pouvait ressembler à un ours (il rauquait dit-on) et dans son for intérieur être doux comme du miel et par ailleurs pouvait se nourrir d‘aliments aussi contraires que du miel qui est délicieux et quelque chose d’aussi peu ragoûtant que des sauterelles, c’est bien que ces deux éléments constitutifs de sa nourriture devaient, doivent représenter beaucoup plus que de simples aliments.

Mais que peuvent-ils avoir d’autre de plus sinon dans ce qu’ils nous disent de par la vie qu’a dû avoir Jean le Baptiste, une vie à la fois très pure, très riche et parfaite qui ne pouvait provenir que du pain de Dieu qu‘il trouvait dans le miel; et une vie à la fois très dure, difficile qu’il se devait d’observer de l’autre qui excluait celui des hommes pour ne pas leur être imputable de quoique ce soit et rester intègre, et que matérialise bien le fait qu‘il ait dû par ailleurs se nourrir aussi de sauterelles aussi invraisemblable que cela paraisse?

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.