ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Pourquoi le «limogeage de Virginie Calmels» n’était qu’une mascarade


Ce limogeage n’était qu’une mascarade des Républicains. Cette dramaturgie du «limogeage de Virginie Calmels» n’était que pour faire croire que le risque de division est la raison principale au fait que leur projet politique n’en serait qu’en cours d’élaboration alors que celui-ci est fixé dans le marbre depuis des lustres.

La difficulté relève plutôt de ne pouvoir dans la durée en donner une forme définitive qui convienne à un électorat de plus en plus multiforme, volatile et indécis, cet état de l’électorat n’étant que le résultat des attentes que furent les-leurs pour ouvrir la voie à l’incrustation de la politique d’Emmanuel Macron qu’ils ont à cœur de continuer  en même temps qu’ils s’en défendre. D’où leur embarras pour présenter le casting destiné à savoir qui seront les têtes de liste des Républicains aux prochaines élections devant avoir lieu en 2019, 2020 et 2022. Comment out ça ne serait qu’invention fantaisiste, sans fondement, quand depuis un an les Républicains se disent tout entier consacré à la reconstruction de la droite, que toute division est exclue?  Que venaient faire alors les proportions exagérées qu’avait pris cette histoire de tract que reprochait Virginie Calmels à Laurent Wauquiez, ce désaccord et qui a démarré il y a plus de trois semaines, a atteint son apogée toute la semaine dernière et qui s’est achevé en point d’orgue il y peu n’aurait-il pas dû se régler entre eux deux entre « quat-z-yeux » au sein de l’exécutif. Si film il y a c’est avec le «limogeage de Virginie Calmels» et toute la dramaturgie qui à gravité autour qu’il existe. Et l’on peut aisément imaginer, ça tient parfaitement la route, que les Républicains, Laurent Wauquiez en tête, aient eu besoin de cette petite dramaturgie pour se remettre le plus insensiblement possible en ordre de bataille face à l’opinion. Tout cela s’explique très bien par le fait qu’ils ne peuvent pas dévoiler leur projet politique non parce qu’il est en cours d’élaboration comme il disent; mais à cause d’une condition embarrassante qui les empêche d’en parler trop à l’avance ne pouvant savoir quelle forme acceptable lui donner sans avoir (ce qui serait contre-productif électoralement) à en changer tous les quatre matins tant il est très certainement très proche sur le fond, de la politique d’E. Macron ce qu’il ne peuvent laisser paraître à aucun prix se voulant incarner – et pour cause – la principale opposition.

Alors que depuis un an les Républicains s’étaient dit tout entier consacré à la reconstruction de la droite, que toute division étaient exclues, comment Laurent Wauquiez a-t-il pu laisser la nouvelle se répande en long et en large dans la presse quand le bruit des portes qui claquent entre eux deux a été le plus fort? Avait-il lieu d’attendre ce moment le plus mal choisi pour limoger Virginie Calmels ?  Est-il seulement à l’origine de cette décision? Beaucoup d’autres questions de cet ordre restent sans réponses. Mais, que n’avons-nous vu que tout cela n’était que du bruitage. Un bruitage tout ce qu’il y a de plus assourdissant dans le but par trop évident d’éveiller notre attention sur des niaiseries de vaudeville et nous rendre sourd à un aspect douteux de leur projet politique en vue des prochaines élections de 2019, 2020 et 2022. Cet aspect indicible de ce projet étant qu’ils doivent mettre impérieusement en sourdine que ce projet devra ne témoigner d’un courant très fort d’opposition à Emmanuel Macron que si ce dernier devenait trop impopulaire dans les mois qui vont suivre (comme on a tout lieu de le penser étant donné la dureté de sa politique sur le plan social); ou au contraire ce projet devra-t-il prêter le flanc à E. Macron si (comme on peut le penser aussi étant donné la proximité très grande  quoiqu’on en dise d’E. Macron avec les Médias à grande écoute, les élites et la grande influence que ce beau linge sait exercer sur les masses) s’il parvenait contre ce que voudrait la logique sociale à rester le mieux placé jusqu’à la fin de son mandat. Car quelle que sera la forme de ce projet, une chose est sûre, il se proposera de continuer la politique rigidiste d’E. Macron. D’une manière ou d’une autre. C’est dans l’air du temps qui n’est pas du tout à la démocratie: les personnels politiques ne sont plus là pour rester bien longtemps mais toutes leurs opérations se suivent comme les pignons d’une même roue dentée. Aussi doivent-ils user de toutes sortes de stratagèmes.

Ainsi, ce différend intenable au sujet de ce tract dont Virginie Calmels disait avoir regretté la diffusion – trop ouvertement au goût de Laurent Wauquiez -, n’aurait trompé personne sans toute cette dramaturgie. Notamment sur le fait qu’elle a participé amplement à cette diffusion, quand dans un contexte d’afflux migratoire sans précédent en Europe et d’affolement quasi général qu’il a produit sur leurs populations, quand donc dans ce contexte Virginie Calmels sur des plateaux de télévisions vient nous dire que ce tract (scandant  «pour que la France reste la France») « impose…  une ligne unique à la famille de la droite», qui serait «une ligne identitaire et populiste»… Sans parler de la pub qu’elle s’est fait, combien nombreux sont-ils tous ceux comme Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé, Thierry Mariani et tous les autres qu’on n’entendait plus et à qui elle a redonné une occasion formidable de reprendre de concert de la voix?

Quel est celui qui ignore que Laurent Wauquiez est le rassembleur « du monde ancien » en quête des électeurs partis au FN/RN, à DLF, au PCD et autres « amoureux de la France »; quel est celui qui ignore que le départ de Virginie Calmels a donné le coup d’envoi en fanfare à tous les électeurs de droite et du centre qui se reconnaitraient dans la ligne «DroiteLib» pour ne pas dire Macron-compatible et plus qu’elle a fondée; que les Républicains  ont aussi d’autres lignes politiques, tel valérie, Guillaume Peltier,  Qui igore le parcours épique de Virginie, comment de endémol France elle est passé à Endémol Monde; puis la première adjointe à la mairie de Bordeaux qu’elle est devenue etc, etc, etc; bref, tout ce qui fait d’elle combien elle avait le profil pour jouer le rôle de dissident à Wauquiez que seul un membre de la direction des Républicains pouvait jouer; combien pour Alain Juppé « elle « a des convictions. Et du courage (comme) elle vient de le montrer»; combien pour Mariani Thierry (sur twitter) autant elle méritait d’être (virée), autant elle «retrouve sa totale liberté de parole, n’étant plus membre de la direction des Républicains» sa liberté depuis une semaine le numéro deux des Républicains; depuis quand et pourquoi Laurent Wauquiez la limogée; Thierry Mariani  encore, lui qui a «appelé à une alliance avec le FN» ce parce que selon lui quand on n’est pas solidaire et qu’on ne démissionne pas, on est viré; ce parce que selon Damien Adad porte parole des Républicains elle a quelque part « falli » au «principe de loyauté d’autant plus qu’elle (appartenait ) à l’équipe dirigeante»; ceci dit tous lui accordent l’entière liberté de donner le coup d’envoi en fanfare de sa «DroiteLib», le mouvement qui plaide pour « une droite équidistante » de la politique menée par Emmanuel Macron et de celle proposée par le Front national, « sans pencher d’un côté ni pencher de l’autre »… Bon vent si ça leur chante mais quand cesseront-ils en revanche de nous en faire!

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.