ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Pour une vraie «loi Avenir Professionnel» !!!

«Les hommes ne sont pas faits pour les places, ce sont les places qui sont faîtes pour eux»; pour eux tous et non que pour une certaine et petite partie d’entre eux».

Si Jacques-Olivier Martin n’a peut-être pas tort de reprocher à François Hollande d’avoir [lancé] « en fin de mandat la formation en urgence de 500.000 chômeurs pour maquiller la courbe du chômageoù a-t-il vu que Emmanuel Macron était «un peu plus sérieux et audacieux que» lui pour ce qui est de « tenter de relever le défi » en la matière? En clair, où a-t-il vu avec sa «loi Avenir Professionnel» que Emmanuel Macron ne maquillait pas la courbe du chômage à sa manière aussi? A priori de surcroît! Et oui a priori, car baignés que nous sommes dans le sensible selon lequel l’homme se définit à sa valeur économique, tout se résout à relier le progrès social à ce qu’une place (un emploi) soit donné à chacun pour que tout aille bien. Autant dire alors « vivat, au temps de l’esclavage!

Plus encore: parce que ce n’est pas « maquiller la courbe du chômage que de traiter comme du bétail des millions de pauvres gens que les prédécesseurs d’Emmanuel Macron ont poussés dans la nasse du chômage de masse (les livrant au nom de la « méritocratie » à tous les sous-emplois).

Le seul exploit dont pourra se glorifier E. Macron, s’il réussit avec sa «loi avenir professionnel» le tour de force d’infléchir la courbe du chômage,  sera d’avoir fait passer les chômeurs d’une nasse dans une autre. Car tout cela n’est qu’un subterfuge.

L’Etat se sera déchargé de ses obligations régaliennes les plus élémentaires: celles liées par exemple à la cohésion sociale dont la mise en oeuvre des conditions qui y veillent, la maintiennent et la développent est à sa charge. Ceux qui sortiront par ce moyen du chômage resteront des chômeurs, sauf qu’il ne porteront plus ce nom-là. Qui plus est, le prétendu ex-chômeur sera devenu un travailleur obligatoire et – bon coup pour un Etat qui ne s’assume plus! – notre prétendu ex-chômeur ne recevra d’indemnité en rapport à son nouveau statut de chômeur que du revenu qu’il ne retirera que d’un emploi subalterne. quand alors, les cotisations de chômage ne financeront plus les chômeurs mais la machine qui les broient.

À moins donc que cette vision basique de L’Etat ne nous effleure pas du tout, aller voir dans cette «loi avenir professionnelle» une vraie solution au chômage de masse n’est qu’une dérobade. Surtout si celle-ci ne s’inscrit en aucune manière et de façon claire, nette, précise dans une optique, la seule qui vaille (surtout au XXIe siècle), celle selon laquelle «les hommes ne sont pas fait pour les places» mais celle où «ce sont les places qui sont faîtes pour eux» ou pire, pour une certaine et petite partie d’entre eux seulement.