ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"

Hausse du déficit extérieur: des chiffres « juteux » pour enclencher une nouvelle vague de réformes antisociales


Qu’ils soient déficitaires ou excédentaires, ces chiffres étant essentiellement indicatifs d’une valeur quantitative, sont par définition toujours inquiétants; ce qui ne veut pas dire toutefois qu’ils soient affolants.

Le fait est que les chiffres ont toujours d’inquiétants (au sens propre, concret et positif du terme) qu’ils appellent (à partir des données sensibles qu’ils reflètent) à préoccuper notre esprit à raisonner sur leur réalité intelligible. Autrement dit, à ce que derrière leur aspect à l’état brut, ils révèlent de facto.

Or, dans une économie développée comme en France qui ne doit pas tant que ça à E. Macron, F. Hollande ou autre, ce déficit (quand bien même il serait passé au deuxième trimestre de 10,6 milliards à 11,6 milliards) est largement compensé par les investissements qui le creusent; mais aussi par l’activité très importante du commerce intérieure, notamment dans le secteur du tourisme…

Il faut d’autant arrêter de regarder ce déficit du commerce extérieur sous l’angle trop fermé, étroit des chiffres que, c’est en regardant ainsi les chiffres que nous risquons tomber dans le piège du gouvernement qui a tout intérêt à développer dans l’opinion une vision alarmiste des chiffres pour mieux impulser une nouvelle salve de réformes antisociales par ordonnances à la rentrée sous le prétexte fallacieux d’un déficit extérieur chronique…

Auteur : Michel BAUDE

Un ami de ... "tout rare et antique savoir"... Comme tout ce que je dis et écris par ailleurs, je tiens à préciser que je n’affirme ici que ce que je pense et je crois. Qu’on ne se méprenne donc pas sur la nature de mon activité de blogueur. Elle consiste principalement à sensibiliser un lectorat aux petits détails dont les effets négatifs dans le temps sont à l'origine des grands problèmes humains parce que justement ils ont la propriété de nous échapper et de nous embarrasser à la longue - soit, parce qu'ils nécessitent des remises en cause gênantes; soit, parce qu'ils sont difficiles à mettre en évidence et à faire accepter. Si pour autant, cette activité m'oblige de m'exprimer sur un ton assuré, je tiens à préciser aussi que jamais je n'ai prétendu avoir la science infuse, et ce n’est pas ni demain ni un autre jour que je vais commencer. C’est à chacun après de réagir, ici même sur nevousméprenezpas s’il le veut, comme il l’entend, pourvu que son opinion reflète sa pensée véritable et qu’il accepte la controverse objective qui suppose une volonté de concordance de vue avec autrui

Les commentaires sont fermés.