ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Rien n’est fait pour que les citoyens soient bien à leur travail, dans leur environnement social, familial et acceptent de travailler plus tard…

Rien n’est fait dans ce sens et ne le sera avec cette réforme pour qu’ils acceptent en conséquence de travailler plus et plus tard. Et la question qui devrait être de se demander tout ce qui pourrait être fait pour que les citoyens soient bien à travail, dans leur environnement social, scolaire et familial et qui aille dans le sens de créer des conditions de vie décentes pour les retraités et les actifs, -cette question pour l’heure- s’est réduit à un pugilat général entre ceux qui veulent à tous prix cette réforme et ceux qui la rejettent en bloc…

Entre autre à ce sujet. Les différences que Tabard  montre, comme quoi le parallèle qui est fait entre Philippe 2019 et Juppé 1995 peut-être tentant mais trompeur, montrent aussi que les faire apparaître peut être tentant mais trompeur également.

Car ces différences ne sont pas si nettes et la situation que connait l’un en 1995 et l’autre en 2019 ne sont pas si opposables que ça. 

C’est surtout que le pouvoir a depuis tiré les leçons du passé dans la manière de procéder et que le contexte actuel de fragmentation de la société et le niveau sans précédent de précarité lui est plus favorable même en étant plus rigide, jusqu’à imposer les mesures injustes.

Ce qui n’est pas fait pour rassurer les français. Quand il dit par exemple que les démarches étaient dissemblables, à savoir que « en 1995, un texte était sur la table » et « en 2019, le texte est connu mais les mesures précises ne le sont pas », c’est assez faux.

Car, c’est connu: tout va surtout se jouer sur l’allongement de départ à la retraite. Simplement que le gouvernement trop content d’attendre de voir ce que va donner cette grève, se défend d’en préciser les modalités à l’avance -des fois qu’il pourrait desserrer la vis moins qu’il ne pouvait le craindre initialement.