ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Poster un commentaire

Pour reconquérir la souveraineté du peuple, « Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage »

Ce que ne peut reconnaître Jacques Julliard* , l’une des têtes pensantes de l’élite dirigeante et en tant que tel précisément, c’est leur échec qui n’est pas que celui d’E Macron…

À savoir, que si en plus de 40 ans de comédie inhumaine du pouvoir ils ont réussi à détruire politiquement la souveraineté populaire que de Gaulle avait donné aux français, ils n’en sont pas débarrassé pour autant. Ils n’arrivent pas à la leur ôter du crâne. C’est dans leur esprit qu’elle est, souhaitons-le, à tout jamais ancrée.

Ainsi, la reconquerront-ils (politiquement) lorsque enfin ils comprendront que là doivent converger tous leur efforts. Aussi, face à cette éventualité, les élites dirigeantes n’ont comme seul recours que le pourrissement de la situation pour faire que le temps joue en leur faveur.

C’est la tactique que J Julliard emploie tout au long de son article à nous bourrer le mou avec son appel à « une nouvelle fêtes de la Fédération ». Tout ça pour nous faire passer d’une ornière dans une autre.

Car si les français sont devenus individualistes, c’est bien à eux qu’ils le doivent et par là qu’ils les tiennent encore aujourd’hui. Le tout étant qu’ils dépassent « leur » individualisme pour faire d’eux leurs petits soldats. Aux français donc de sortir -ils le peuvent- de ces ornières le plus tôt possible par une action réfléchie… Et là ‘y a du boulot! Mais « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » (La Fontaine) 

*«Le portrait de Macron en «Hamlet au pont d’Arcole» que nous brosse J Julliard est beaucoup plus dithyrambique & beaucoup moins réquisitorial qu’il se veut

ceci afin de faire passer son bilan pour beaucoup plus positif qu’il n ‘est»…  C’est un portrait qui se veut sévère pour faire mine d’aller dans le sens général des critiques dont fait abondamment l’objet Macron à juste et injuste titre; mais ce portrait est un vrai panégyrique en forme seulement de réquisitoire pour mieux le défendre, là où pourtant, et surtout sur son bilan, il serait beaucoup à critiquer…