ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Poster un commentaire

Tertullien au secours de la liberté des vaccinations.

«Est plus vrai ce qui est antérieur» *, disait Tertullien au 2e siècle de notre ère. Il est très clair contre l’hypocrisie de tous ceux qui, profitant des populations en grand nombre circonvenues pour voir dans la science l’alpha et l’oméga de la raison et de la vérité.

Il est très clair contre ceux qui voudraient, par exemple primer l’obligation des vaccins sur les traitements médiaux, c’est faire passer ce qui est subsidiaire pour principal et principal pour subsidiaire, alors que ces derniers sont antérieurs aux vaccins de centaines et même de milliers d’années; c’est faire passer pour plus vrai ce qui l’est moins, pour antérieur ce qui ne l’est pas.

Il est très clair contre cette vision de la science et de la loi qui ne cherchent qu’à se concilier par des manœuvres habiles : cette vision de la science est fausse, cette vision, ceux qui la prônent se trompent; cette vision de la loi est mensongère, leurs auteurs mentent, se mentent et ceux qui persistent à les soutenir aussi. Tertullien, au secours donc de la liberté des vaccinations.

Ceux-ci sont subsidiaires. Ce qui n’a rien de péjoratif. Mais. Leur rôle -et c’est la définition même de la subsidiarité- peut être qu’un recours venant à l’appui des traitements médicaux que SI nécessaire pour ceux qui y consentent. Suite aux prochains numéros. Vive la liberté sans laquelle la science n’existerait pas.