ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Passe sanitaire: ne laissons pas les médecins de Molière de la politique nous circonvenir

Désolé J-É Schoettl*! Le mépris de l’intérêt général se trouve chez ceux qui tiennent et aiment à se faire remarquer moins par l’ouverture de leur esprit pour le respect des libertés fondamentales que par l’ardeur de leurs passions pour « l’ésotérisme de la langue des technocrates, parfois savamment entretenu pour forcer le respect et [toujours pour] imposer la décision, comme l’ont toujours fait, tous les Diafoirus de l’économie et de la politique (Jacques Claret Professeur de lettres, auteur d’ouvrages publiés notamment aux éditions des Presses Universitaires de France) ».

Qu’on puisse dire que «L’intérêt général a aussi ses droits», n’autorise pas que «Le passe sanitaire [fasse courir un] danger pour les libertés». Car, si «L’intérêt général a aussi ses droits», ceux-ci s’arrêtent où commencent ceux qui reviennent aux libertés fondamentales comme de pouvoir que chacun puisse décider personnellement de la façon qu’il a de rendre témoignage à lui-même du bien et du mal qu’il fait. Surtout sur des sujets -comme ce qui relève ou non de l’intérêt général- et qui touchent donc à la vérité que ne possèdent pas plus ceux qui occupent la position la plus élevée que ceux qui se situent à un rang inférieur.

*Désolé! face à ce que dit dans le Figaro Vox Société du 02 08 2021 Jean-Éric Schoettl ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel de 1997 à 2007