ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


Poster un commentaire

Le social: l’un des mots les plus déformés qui soient

Le social, l’un des mots les plus déformés et galvaudés qui soient,  cause en grande part à 2 siècles d’excès tant à droite qu’à gauche, qui font surtout que politiques, économistes et autres grands de ce monde, s’occupent moins de remédier aux crises qu’ils ne s’en servent contre les citoyens.

Ceux-ci devenant toujours plus malléables, corvéables à merci…

Devenant ainsi incapables de donner le change pour qu’enfin le social reprenne tout son sens… Et devienne (ce qu’il devrait être depuis le temps): l’ensemble des rapports les meilleurs qui doivent exister sur les plans politique, économique, culturel… entre les personnes…

Faute de quoi: le social fait abusivement l’objet de partout, de toutes les exploitations & interprétations plus invraisemblables et incroyables les unes que les autres…*

Et mouche sur la cerise, raison pour laquelle, surtout de 1987 à 2017 … le social étant à trop à la remorque du changement, on ne faisait pas les réformes économiques nécessaires (changement dans la continuité*); et que, surtout depuis 2017, le social étant trop à la remorque des réformes, on ne fait pas les changements sociaux nécessaires (continuité dans le changement*)…

*Déjà en 1985, la tendance était plus aux changements qu’aux réformes (on parlait d’aillieurs de continuité dans le changement déjà en 1983, puis de réformettes, balladurettes, juppettes …), et depuis surtout 2017 c’est l’inverse sur des attendus opposés. La tendance étant alors plus aux réformes qu’aux changements nécessaires Soit: c’est du pareil au même! Tout cela « marche » ensemble sur des objectifs globalement identiques tant à droite qu’à gauche en leur sommet… 


Poster un commentaire

Le rôle central du citoyen, celui du fonctionnaire et du politique

Le citoyen doit savoir ce qu’il doit attendre du politique dont le rôle est de veiller à ce que le fonctionnaire mette le nécessaire en oeuvre qui permette justement au citoyen de venir à bout de la situation où plus personne n’est dans son rôle le plus souvent…

le citoyen trop axé, ne lui déplaise sur des revendications trop catégorielles ne sait pas suffisamment ce qu’il doit attendre du fonctionnaire comme du politique; le fonctionnaire exerce de moins en moins son expertise dans le sens dans lequel il devrait lui être demandé d’agir et davantage dans celui qui sert sa vision de la réalité sinon ses intérêts; et le politique quant à lui fait plus le jeu des experts que de s’assurer si le citoyen va être en mesure de se faire entendre sur ce qu’il se doit d’attendre des fonctionnaires et des experts…

Concernant par exemple la PMA en discussion au Parlement qui, du citoyen, du fonctionnaire ou du politique aura au nom du peuple français – comme on dit pudiquement -, qui aura décidé de l’instauration de cette «PMA pour toutes»?

Certainement pas le citoyen pourtant le premier concerné. Hé bien voilà ce qui ne va pas et pourquoi ça va pas!


Poster un commentaire

Si le pouvoir est « faible » ce n’est que de ses propres erreurs…

Le pouvoir repartira d’un bon pied quand il emploiera sa force pour rapprocher les citoyens de la décision- au contraire d’user de celle-ci pour lui-même en les en écartant toujours plus…

(Si je me trompe, n’hésitez pas à intervenir: quoiqu’il en soit, le débat est ouvert; à savoir que si le pouvoir est faible est-ce bien ou non que ce ne peut être que de ses propres erreurs…)


Poster un commentaire

Avec Bellamy, la politique n’est plus un théâtre d’ombre, mais un théâtre de son et lumière…

Wauquiez devait faire le jeu de Macron qui lui doit le relatif bon score qu’il a fait aux européennes et il a fait aussi celui de Bellamy, que le maigre score de 8,48% qu’il a obtenu à cette élection ne peut affecter, ayant pour lui d’avoir été comme fait exprès désigné trop tardivement tête de liste du LR. Il devient même un élément clé de première grandeur dans les rouages du système bien huilé dont les acteurs sont comme jamais auparavant amovibles et modulables à souhait.

C’est l’UMPS à un niveau jusque-là inégalé par sa capacité à berner des populations entières qui ne peuvent plus – on le comprendra aisément – se rendre vraiment compte de ce qui se passe, de la façon qu’elles sont traitées tellement elles sont moquées, déconsidérées. Macron peut casser du social tant qu’il veut, Bellamy ou un(e) autre reprendra le flambeau. Alors merci Bellamy: grâce à lui nous voilà débarrassés du théâtre d’ombre qu’était devenue la politique comme il aimait à le dire!

L’ennui, c’est qu’à la place a été élevé un théâtre dont il est en partie l’un des promoteurs la rendant encore plus redoutable dès lors qu’il n’est plus sous son apparence lugubre du monde des ombres mais sous les plus beaux atours du son et lumière. En cela, la comédie inhumaine du pouvoir s’est regonflé d’un nouvel élan. Ces partis de gouvernement qu’on disait effondrés qui de fait, n’étaient qu’embusqués, vont pouvoir rebondir, sous d’autre sigles éventuellement. Et tout sera resté comme avant, c-à-dire: pour quelque chose de toujours plus terrible, comme d’habitude tout d’abord pour les plus fragiles.

Si toutefois, de soulever de tels problèmes peut sembler rebutant et doit à cause de ça n’avoir d’effet même qu’à long terme, il est pourtant certain qu’on ne peut plus laisser les politiques n’en faire qu’à leur tête sans les lâcher d’une semelle.

Si donc, je disais juste ce matin dans mon  : à savoir que «À l’opposé des politiques, les citoyens ont le plus souvent le courage et l’honnêteté intellectuels mais il leur manque la rigueur… sans çà, le pouvoir, les politiques auraient de bons résultats par l’autorité qui convient que les citoyens auraient sur eux» c’est bien que sur  encore quand j’évoquais la nécessité d’un «authentique « citoyennat » que – précisais-je – les politiques n’ont jamais eu l’intelligence de favoriser» et que c’est donc bien par des citoyens s’adressant aux autres citoyens sur ces questions qu’on arrivera le faire reconnaître qu’importe quand on a le temps pour nous…

Si élites et peuple sont bien dans des mondes parallèles comme peuvent l’être des Diafoirus(1) de la politique et de l’économie et des petits rien de Philippulus(2), les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers…

  1. À l’instar des médecins de Mollière.
  2. À l’instar du prophète qui n’est malveillant mais surtout ridicule que Ergé l’auteur de Tintin représente dans un de ces albums en train d’annoncer l’imminence de la fin du monde en tapant avec un rondin de bois sur une grande poêle.


Poster un commentaire

Que Macron se « fiche de l’élection présidentielle de 2022 » montre qu’il est avant tout le président d’un système

Depuis 2012, on élit moins un président qu’on reconduit un système. C’est la logique même. Un manège en marche qui cessera quand suffisamment de citoyens comprendront l’impensable régime des grands-élus et ex grands-élus sous la coupe duquel est le pays, des majorités artificielles aidant se modifient et que chacun à sa façon en subit les dures conséquences – pendant combien de temps encore: nul ne le sait.

À coup sûr pourtant en 2012, Nicolas Sarkozy ne voulait pas être réélu. Rappelons-nous. Bien qu’impopulaire à cause de ses cinq ans de pouvoir très contesté, François Hollande n’avait aucune chance contre lui s’il n’avait pas fait (volontairement contre lui-même) du Lepen notamment aux Sables-d’Ollones. Mais dans cette hypothèse, il n’aurait pas pu tenir cinq de plus sans devoir revoir sa politique: celle du système qui l’avait pressenti en 2007 comme étant le mieux placé pour le reconduire. À coup sûr également en 2012, c’est François Hollande qui devint le candidat du système. Il eut – aussi invraisemblable que ça paraisse à beaucoup de gens – pour tâche de préparer l’arrivée d’Emmanuel Macron en 2017, avec la loi Khomri de près-réforme du code du Travail, La loi Taubira sur le Mariage Pour Tous, etc… Ne reste plus qu’assez de citoyens le comprennent maintenant: et c’est tout le problème. En attendant, voilà à coup sûr pourquoi Emmanuel se fiche des élections présidentielles en 2022…

 


Poster un commentaire

Dire entre autre que «Les lois liberticides prospèrent sur NOTRE DÉMISSION COLLECTIVE» n’est pas recevable

Nous ne pouvons en rester à ce constat que fait François Sureau dans le Figaro Vox. pour qui les lois liberticides prospéreraient sur notre démission collective. Il fait là un constat trop réducteur et tendancieux comme le confirme selon moi ce qui ressort en substance de son propos.

Le refus des lois liberticides doit être plus fort que celui de l’erreur, même quand il s’agit de combattre la haine sur internet. Aucune loi du plus fort ne doit prévaloir même pour lutter contre la haine ou contre quoi que ce soit d’aussi moche et odieux. Comment pourrait-on dire de ces lois qu’elles prospèrent quand ça voudrait dire qu’on doive se réjouir pour ceux à qui elles profitent pendant qu’elles ne peuvent que nuire particulièrement à des millions de gens et plus généralement à tout le monde dès lors que ne serait-ce le pouvoir qui en est le principal instigateur n’en ressortira pas grandi. Pour toutes ces raisons, prétendre que les lois liberticides prospèrent sur notre démission collective est totalement irrecevable.

D’abord, cette accusation est injustifiée: Le terrain sur lequel se développent ces lois est à trouver dans la politique toujours à l’oeuvre menée depuis plus de 40 ans qui a orchestré l’état d’impuissance sociale et autre que connaissent des millions de citoyens. Dans la bouche de quelqu’un qui fait valoir sa position d’écrivain et d’avocat, c’est trop catégorique. Accuser de façon aussi péremptoire la démission collective à laquelle il s’associe, c’est laisser entendre qu’il serait prétentieux d’émettre une autre explication que la sienne. Aussi, François Sureau serait le premier de la classe de toute la société dans chaque membre de laquelle il dit voir une personne qui n’est «jamais dérangé par les opinions qu’il réprouve».

Et enfin, c’est un appel incroyable au défaitisme en forme presque de plaidoyer. Si, dans un premier temps, il condamne assez énergiquement les lois liberticides, dans un deuxième non seulement il s’en accommode très vite – il dit bien »notre démission collective » – mais ce notre a valeur de commandement à accepter. Il s’inclue dans cette démission. Du rejet pure et simple qu’il manifeste vis à vis de ces lois dans son analyse, il aboutit dans sa conclusion à la reconnaissance d’un constat que quoiqu’on en pense par ailleurs, ces lois liberticides sont compréhensibles même si elles sont injustes, et tout ce que vous voulez: criminelles, imbéciles et prospèrent sur une démission collective qu’il appelle presque de ses vœux… Tout cela ressemble au mieux à une bien étrange cabriole…

Plus encore. Si au nom de la liberté d’expression la haine sur internet est inadmissible, des restrictions de cette liberté le sont encore plus, si vertueux que soit ce qui anime tout refus de cette haine fait au nom du respect dû à des règles. Car de telles restrictions comme tout laisser-aller qui y conduise, reviendraient à supposer que la vérité considérée au mépris de la liberté serait préférable à l’exercice de la liberté pratiquée au mépris de la vérité. Ce serait pire que tout: la négation de la liberté et de la vérité comme idéal, modèle de société.

C’est donc cette politique toujours à l’oeuvre menée depuis plus de 40 ans qu’il faut combattre. Ce qui ne sera possible que par une organisation pas à pas, point par point des citoyens, par les citoyens, pour les citoyens qui devront – puissent-il arrêter de penser et réfléchir avant – comprendre que c’est par une réforme bien comprise du Code électoral qu’il parviendront non à contrôler les lois ou à je ne sais quel rêve insensé de prendre et d’exercer le pouvoir mais à contrôler ceux qui les font


«Le RIC est-il gaulliste?» Est-il surtout ce sur quoi miser le plus pour sortir de la crise démocratique que nous traversons?

Si je trouve que l’historien Gaël Nofri a raison de voir dans le RIC (1) « une fausse bonne idée« , je ne suis pas d’accord sur toutes les raisons qu’il invoque ni dans toutes les conséquences négatives qu’il en résulterait en l’appliquant selon lui.

D’abord, ça me semble très exagéré de parler de « référendum gaullien ». D’ailleurs, il n’existe pas de référendum gaullien.

Il y a un référendum que le général de Gaulle a bien voulu qu’il engage sa personne, mais comme F Mitterrand l’a montré « à l’occasion du référendum sur le traité de Maastricht en 1992 », le référendum n’engage que le chef de l’État qui le veut bien.

Le référendum n’a d’autre finalité que de faire un état des lieux de l’opinion sur une question de pouvoir, avec un outil exclusivement de pouvoir dont dispose un chef d’État, un exécutif.

Et si le général de Gaulle a engagé sa personne en 1969, c’est qu’il avait pris initialement toutes les précautions. Premier point.

Deuxième point, il y aurait mille et une raisons de penser que si par je ne sais quelle malice politicienne ce RIC était instauré, il ne serait laissé dans les mains du peuple que pour très peu d’initiative mise à sa disposition contrairement à ce que trop de gens croient peut-être un peu naïvement.

Et ce serait pour le coup la moins mauvaise chose parce que, dans une démocratie qui se respecte, le peuple ne peut disposer d’outil de pouvoir puisqu’il ne peut avoir de pouvoir qu’il n’a pas: son domaine étant l’autorité.

C’est elle qui lui est un peu plus confisquée à chaque élection par la façon dont les appareils avancent leurs pions avant chacune d’entre elles… Là est le nœud du problème qui ne pourra à mon avis maintes fois exprimé sur mon blog être résolu que par une réforme du code électoral via une réforme du financement des partis; notamment ceux « de gouvernement » proches de l’exécutif!

1) RIC, acronyme de Référendum d’Initiative Citoyenne