ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


C’est Jean-Louis Bourlanges qui a «tout faux» ou à tout le moins… qui ne finit ses phrases…

Déjà (pour ne prendre que cet exemple) dans le titre de son article disant que «…nous avons besoin d’élites politiques»… , en soi c’est très vrai. C’est même incontestable. Mais où sont seulement les points de suspension, même tacites, laissant entendre (en disant ça) que ce n’est pas uniquement pour faire barrage au rejet toujours possible des élites par des citoyens que nous devons nous associer à lui pour dire que «nous avons besoin d’élites politiques». Ce serait oublier que si cela est vrai c’est aussi que nous en manquons qui en soient toujours de dignes représentants, qui en soient dans la durée: à toute heure en tout lieu, quand ils le peuvent évidemment. Car, ne sont-ils pas en grande part la cause du rejet dont ils peuvent faire et font l’objet: ho que si! Combien de fois en effet ne sont-elles reconnaissables dans leurs qualités d’élites moins de par leur action qui est de faire ce que le peuple doit attendre d’elles que de par leur diplômes, les situations les plus en vue qu’elles occupent dans la société

Et quand bien même les citoyens ne sont plus toujours en mesure de savoir ce qu’il doit attendre d’elles, c’est encore leur faute. Notamment d’avoir voulu depuis trop longtemps décider de tout à leur place en les divisant au besoin pour mieux les circonvenir, à mettre toujours en minorité – tout se jouant trop aux élections – le meilleur de l’homme qui est de se soumettre librement à ce qui est juste (fort ou non) pour faire triompher un semblant d’équilibre et de stabilité, de hiérarchisation des faits… hé bien, elles ne sont plus au pouvoir que l’ombre d’elles-mêmes. Et un retournement est inévitable: soit elles se remettront en cause de fond en comble; soit elles seront remplacées…

Donc oui, c’est Jean-Louis Bourlanges qui a «tout faux» ou à tout le moins… qui ne finit pas ses phrases: ce qui ne fait pas de lui un homme à part de tous les hommes politiques dont c’est pour un grand nombre d’entre eux de plus en plus le cas il faut bien le dire…


La crise des gilets jaunes: «40 années de malaises» faute d’un « Contre-Partis » les poussant à revoir leur offre politique…

Sauf à revoir à la baisse le financement des partis afin de dégager des moyens pour que ceux-ci revoient leur offre politique, celle-ci sera de moins en moins représentative de tous les citoyens, et plus alors les rouages de la démocratie seront grippés et le pouvoir contesté…

Et si donc il y a bien une crise que tout le monde veut être celle de l’autorité, ce n’est pas, au national comme au local, en l’absence d’un pouvoir et contre-pouvoir forts: c’est faute plutôt d’UN CONTRE-PARTIS constitué d’élus et de citoyens au siège duquel les casquettes restent au vestiaires… un lieu où IL N’Y A PLUS QUE DES CITOYENS respectueux des institutions, des règles de courtoisies… Bref, des gens qui ont des choses à se dire et qui se parlent et travaille dans un premier temps à rattraper, retisser une vie démocratique très regrettablement laisser à vau-l’eau depuis près de 50 ans!

Tout ça, parce que des énarques trop imbus d’eux-mêmes auront – à n’en pas douter en pensant bien faire – tout fait pourtant pour écarter le peuple seulement de toute appréciation à la décision… Ce qui n’aurait jamais dû exister… Ce qui a donné lieu à des abus, des dérapages… a généré une abstention de masse incroyable qui ne pouvait conduire qu’à « la crise des gilets jaunes »…

Le fait est tel qu’Emmanuel Macron lui-même à pu reconnaître qu’à travers elle «c’est 40 années de malaises qui resurgissent»… Et 40 années de malaises qu’on doit (a-t-il oublié de dire) à près de 50 ans d’éviction de tout un peuple par toutes sortes de contours politiques…

Alors oui faut-il que le peuple, le pouvoir retrouvent leur démocratie d’origine. Et je ne vois pas qu’on y parvienne sans l’instauration d’un « Contre-Partis » qui redonne aux citoyens qui le désirent le rôle qui leur revient. Après, c’est à tous ceux que ces près de 50 années en cause préoccupent de travailler ensemble à sa réalisation.


Plus qu’«un bonus malus sur les contrats courts», un cadre « bénin malin » ne serait-il pas sûr pour combattre la précarité?

Ne serait-il pas en effet plus judicieux de soumettre les contrats courts à un cadre « bénin malin » qu’à un bonus malus. Surtout quand c’est pour combattre la précarité que connaissent aussi bon nombre d’entreprises. Et de surcroît lorsque la création d’entreprises se doit et se veut d’être encouragée en tant que moyen d’insertion comme un autre. Compte tenu aussi que s’il fallait 2, 3 ans pour qu’une entreprise s’implante durablement dans les années 80, 90, il en faut 5, 10, voire 15 maintenant.

Ou alors, on entre dans une facilité à excuser les excès qu’on dit vouloir combattre, un système d’indulgence profane où il suffit de payer pour passer outre une règle, au demeurant qui n’est pas très catholique. Car, comment définir autrement que de manière arbitraire le seuil après ou avant lequel le nombre de recours à des contrats courts tombe ou non dans le malus?

C’est impossible. Ou bien, c’est le serpent qui se mord la queue. Ce qui gagerait de rentrer dans un cycle loin d’être vertueux. En disant ça, je pense que les grandes entreprises seraient encore les grands gagnants aux dépens des petites comme des moyennes. Si donc on devait réduire la prolifération de ces contrats courts , ce ne peut être au nombre de fois auquel les entreprises y ont recours mais en le limitant de façon drastique à celles qui ont une solidité financière suffisantes pour aborder autrement que par les contrats courts les situations qui font qu’ils peuvent encore y faire appel.

À partir de là si on veut associer les entreprises à une démarche de lutte efficace les concernant contre la précarité des plus démunis face à l’emploi, ce n’est pas en faveur «d’un bonus malus sur les contrats courts» comme Muriel Pénicaud ministre du Travail le demande mais d’un « bénin malin » que nous devrions nous prononcer…


«Une révision du financement des partis guérira la démocratie des déficiences de l’offre politique»

Il manque un contrepoids citoyen médiatique qui pousse les élus (en charge de l’avenir souvent de millions de gens) à revoir leur offre politique dans laquelle l’abstention trouve sa source quand cette offre est trop peu représentative de tous les citoyens!

En effet, est-ce normal en démocratie qu’un gouvernement, une gouvernance à l’échelon national, régional ou autre, dispose de tant de pouvoir sans que personne ne trouve rien à redire au fait qu’on puisse occuper des fonctions les plus hautes mettant en jeu l’avenir souvent de millions de gens et être en charge de celles-ci comme c’est le cas depuis des dizaines d’années ce, malgré un taux d’abstention qui peut être très élevé sans que rien ne change par ailleurs en proportion; sans qu’aucune disposition ne soit prise qui conduise à faire que des mesures poussent à reconsidérer l’offre politique défaillante dans laquelle l’abstention trouve sa source?

Si donc on veut mettre fin aux injustices qui vont très au delà de celles qui ont mis les gilets jaunes dans la rue, faisons au moins que le collectif que veulent les citoyens corresponde à ce qu’il faut pour tout le monde: c-à-dire qu’il porte sur des revendications appelant surtout le gouvernement à vouloir combler cette lacune, ce déficit d’offre politique par des mesures qui ne peuvent être prises qu’en concertation avec les citoyens de manière autrement plus fouillée que par le biais du référendum… Soit, par un collectif digne de ce nom: celui que tiendront les citoyens quand ils feront valoir d’une même voix au gouvernement les dispositions de loi qui s’imposent et qui reconnaîtront, définiront et mettront en oeuvre, la place permettant aux citoyens de s’assembler en véritable entité politique où chacun quelle que soit sa couleur politique pourra être vu à part entière comme un acteur potentiel de la vie politique; et en tant que tel, sera le cas échéant entendu pour émettre des remarques, débattre, et éventuellement faire des propositions… Et ceux qui verraient dans un tel lieu, celui où régneraient le désordre et la confusion en seraient pour leurs frais: la pétaudière est dans ce qu’il se passe partout en l’absence justement du moindre espace citoyen de cet ordre; ce, faute de collectif qui appelle à son instauration et que des populations soutiennent massivement.

Aussi, un collectif constitué exclusivement de toutes les attentes même revêtues pour certaines d’entre elles du sceau des mesures à traiter de toute urgence par une masse écrasante de citoyens, n’aboutirait qu’à «un retour au réel douloureux» pour reprendre les termes de Jean-Pierre Le Goff pour qui «la défense de la République et la citoyenneté» sont menacées si nous manquons de «recul réflexif et critique, d’autonomie de jugement»; si nos revendications se bornent à «des propositions sur ce qu’il conviendrait de faire en matière de fiscalité, d’économies, de service public…, questions qui sont éminemment du ressort de Macron et de celui de son gouvernement». Bien sûr devrons-nous obtenir des avancées de ce côté de l’échiquier politique. Mais celles-ci seront d’autant plus conséquentes que notre combat portera sur les faits et les causes politiques communes, à l’origine des grandes difficultés que chaque citoyen connait quasi personnellement et auxquelles il n’y aura de remèdes que communs. Soit, par l’instauration de cet espace numérique et autre à l’usage de tous les citoyens dont le principal souci doit concerner un collectif citoyen à l’adresse du pouvoir en place et qui ne peut consister qu’à faire qu’il porte sur une revendication appelant instamment les politiques à doter le pays des moyens de réformer le système qu’ils ont laissé s’installer pendant des décennies; lequel est malade non des excès de la démocratie mais de l’économie dont les rouages sociopolitiques sont bientôt totalement grippés. C’est bien qu’il faille guérir la démocratie des déficiences de l’économie non le contraire comme on s’acharne à le croire.

«Rien ne sortira de positif du Grand Débat qui ne soit soumis à une (certaine) révision du financement des partis, aussi bizarre que ça paraisse… »

Aussi, où trouver les moyens entre autre matériels pour que cet espace voit le jour ailleurs que dans une certaine révision du financement des partis à travers des accords enfin démocratiques. Pour situer les choses dans les grandes lignes, 60 millions d’euros de financement publics vont annuellement au fonctionnement des principaux partis politiques. La REM, le parti lié directement au gouvernement touche un Jackpot de près de 23 millions d’euros (plus du tiers de la somme): et une part de celle-ci même moindre ne pourrait pas revenir à un espace à l’usage des citoyens qui auraient vocation à apporter de l’eau au moulin de l’offre politique défaillante en lien avec le problème que pose l’abstention dont les politiques sont responsables du moins financièrement. Et plus encore ceux qui appartiennent aux partis proches du pouvoir, puisque leurs propositions ne peuvent concerner que le quart des électeurs comme on l’a vu aux dernières Législatives en 2017. Mais après tout, reste-il encore assez de temps pour qu’une prise de conscience prenne suffisamment corps dans le pays assez tôt à ce propos et que des citoyens en assez grand nombre s’emparent de cette question et que ceux que ce collectif intéresse se déclarent et s’organisent en conséquence? Tout est là quand la situation dans laquelle on se trouve plongés tous par des décennies de fonctionnement de bric et de broc la vie politique a toutes les caractéristiques d’un incroyable chaos dont on ne peut plus qu’à grand-peine mesurer collectivement la complexité.

Si nous voulons, comme nous le devons, obtenir des autorités une meilleure économie, fiscalité, justice, sécurité, de meilleures conditions de vie, d’étude, de travail, d’insertion, il nous faudra aussi prendre conscience à quel point nous avons à faire à très forte partie avec le suffrage quasi censitaire sur lequel repose le système: un système il-libéral, intolérant, oppressif qui est en place et qui sévit depuis trop longtemps; et qui de manière insidieuse achèvera bientôt son entrée définitive dans les textes si aucun collectif ne vient rendre aux citoyens les moyens qui leur permettent de reprendre leur destin en main que pourrait leur offrir cet espace citoyen que j’appelle de mes vœux… Rien ne sortira de positif du Grand Débat qui ne soit soumis à une (certaine) révision du financement des partis, aussi bizarre que ça paraisse… Car c’est le seul moyen de casser le moule à une situation où tout un peuple se trouve sous le coup d’une opinion publique orientée et orchestrée autant dire désorientée par près de 50 ans de suffrage quasi CENSitaire et auquel on veut refiler un RIC qui n’a aucun SENS dans ces conditions. Après quoi la démocratie ne serait plus que le terrain de jeu des puissants avec tout ce que ça comporte d’arbitrage prétendument « collégial » mais de fait oligarchique, néfaste reposant sur des majorités artificielles, dont seul un collectif qui revendique une révision judicieuse du financement des partis viendra à bout, des risques qu’ils feraient courir à la Constitution voulue par le général de Gaulle, ainsi que des injustices qui ont mis les gilets jaunes dans la rue – lequel financement actuel des partis est inadapté à une démocratie représentative digne de ce nom et trop coûteux, non tellement au regard de la dépense publique élevée dont elle fait l’objet, mais davantage par le fait que ce financement n’est aucunement soumis à des règles qui obligent qu’une part (à définir) serait proportionnelle au taux d’abstention, de vote blanc et qui irait aux citoyens mis en demeure en dehors de toute considérations partisanes d’écouter l’autre, de le mettre en confiance…

Il reste encore beaucoup à dire à ce sujet. Soyez-en sûr, j’y reviendrai. Mais en attendant, voilà je crois un aperçu de ce qu’il en est selon moi de la situation de crise que nous traversons et des vrais moyens d’en sortir…


«E Macron n’a rien fait que ses prédécesseurs n’aient soit disant eu le courage de faire (tant que cela) avant lui»

Comme chacun de ses prédécesseurs à son tour, Emmanuel Macron n’a fait que tirer parti de la situation qu’on lui a laissé en entrant, une situation globalement montée de toutes pièces par des élites. Lesquelles n’ayant jamais accepté, disons le droit de veto, que le général de Gaulle avait voulu mettre à la disposition des français en 1962 par son référendum qui aboutit à l’instauration de l’élection du Président de la République au suffrage universel.

Aussi n’ont-ils eu de cesse de vouloir en découdre avec de Gaulle à ce propos. Tout aura été fait alors pour écarter le plus possible les populations des raisons cachées qui motivent les réformes, les évolutions: le système opaque d’alternance que les cohabitations auront institué et renforcé et qui a conduit au système « ni de droite ni de gauche » actuel, avec comme point culminant l’inversion du calendrier électoral voulu par de Gaule, etc.

Tout ceci, afin d’instaurer à terme un système (para)censitaire dépouillant les populations de leur souveraineté.

Reste à quiconque de développer davantage s’il le souhaite, mais le fait est qu’Emmanuel Macron n’a rien fait que ses prédécesseurs n’aient soit disant eu le courage de faire avant lui…  Car, tout était rôti à sont arrivée au pouvoir pour qu’on puisse faire entendre dans l’opinion ce genre de discours…


Par quelles mesures combler le déficit de représentativité qu’engendre l’abstention?

Venez participer au (Grand) débat (citoyen) que je lance sur «le financement des partis» au sujet duquel je veux croire qu’une révision est primordiale à plusieurs titres parce que:

 -souhaitable pour épauler le pouvoir de mesures consécutives à l’abstention totalement absentes jusqu’à présent pour compenser le déficit si criant actuellement de représentativité dû à l’abstention.

-Aussi,  parce que possible avec des procédés rudimentaires, qui plus est « sans douleur. Bref, des mesures de bon sens que je suis prêt à défendre de bout en bout…

Prière à ceux qui voudront participer à ce débat* de s’inscrire chacun via ma messagerie twitter ou WordPress « nevousméprenezpas » en déclinant vos nom, prénom, pseudo si vous souhaitez rester anonyme et une adresse mail! Je ferai de même, suite à quoi je donnerai le cadre de l’idée que je soutiens et que je veux soumettre à l’examen des questions et des remarques de tous ceux qui voudront y participer… Merci!


Vincent Coquaz vs Jean-Claude Carrière. Son argument historique contre les dangers du référendum ne tient pas politiquement…

Dans son article, le vrai sujet, sur lequel Vincent Coquaz n’apporte aucun éclairage, n’est-il pas que: si « l’écrivain Jean-Claude Carrière a estimé à tort que les régimes des deux dictateurs (MUSSOLINI ET HITLER) ont « commencé comme ça », en évoquant le référendum d’initiative citoyenne » et que donc, le référendum d’initiative citoyenne ne serait pas dangereux, contrairement à ce que dit cet écrivain, ça ne fait pas pour autant de ce référendum d’initiative citoyenne le moyen-clé que 70% des citoyens voient en lui pour s’adresser enfin au pouvoir dans de meilleures conditions que actuellement… 

Et à ce propos, si ce journaliste de Libération marque un point contre Jean-Claude Carrière au plan historique, au plan politique avec cette « crise des gilets jaunes » qui est au cœur de nos préoccupations, il reste très évasif…

Car, rien ne dit en effet que ce référendum n’a pas une certaine dangerosité; ou à tout le moins qu’il ne nous fait pas passer à côté d’une solution plus efficace…  

Laquelle selon moi ne peut que résider dans l’instauration d’un espace citoyen numérique et autre financé précisément par les retombées d’une révision citoyenne du financement des partis liés au pouvoir en place…