ne vous méprenez pas !

"POUR ALLER NI VITE, NI LENTEMENT, MAIS DROIT…"


«E Macron n’a rien fait que ses prédécesseurs n’aient soit disant eu le courage de faire (tant que cela) avant lui»

Comme chacun de ses prédécesseurs à son tour, Emmanuel Macron n’a fait que tirer parti de la situation qu’on lui a laissé en entrant, une situation globalement montée de toutes pièces par des élites. Lesquelles n’ayant jamais accepté, disons le droit de veto, que le général de Gaulle avait voulu mettre à la disposition des français en 1962 par son référendum qui aboutit à l’instauration de l’élection du Président de la République au suffrage universel.

Aussi n’ont-ils eu de cesse de vouloir en découdre avec de Gaulle à ce propos. Tout aura été fait alors pour écarter le plus possible les populations des raisons cachées qui motivent les réformes, les évolutions: le système opaque d’alternance que les cohabitations auront institué et renforcé et qui a conduit au système « ni de droite ni de gauche » actuel, avec comme point culminant l’inversion du calendrier électoral voulu par de Gaule, etc.

Tout ceci, afin d’instaurer à terme un système (para)censitaire dépouillant les populations de leur souveraineté.

Reste à quiconque de développer davantage s’il le souhaite, mais le fait est qu’Emmanuel Macron n’a rien fait que ses prédécesseurs n’aient soit disant eu le courage de faire avant lui…  Car, tout était rôti à sont arrivée au pouvoir pour qu’on puisse faire entendre dans l’opinion ce genre de discours…


Par quelles mesures combler le déficit de représentativité qu’engendre l’abstention?

Venez participer au (Grand) débat (citoyen) que je lance sur «le financement des partis» au sujet duquel je veux croire qu’une révision est primordiale à plusieurs titres parce que:

 -souhaitable pour épauler le pouvoir de mesures consécutives à l’abstention totalement absentes jusqu’à présent pour compenser le déficit si criant actuellement de représentativité dû à l’abstention.

-Aussi,  parce que possible avec des procédés rudimentaires, qui plus est « sans douleur. Bref, des mesures de bon sens que je suis prêt à défendre de bout en bout…

Prière à ceux qui voudront participer à ce débat* de s’inscrire chacun via ma messagerie twitter ou WordPress « nevousméprenezpas » en déclinant vos nom, prénom, pseudo si vous souhaitez rester anonyme et une adresse mail! Je ferai de même, suite à quoi je donnerai le cadre de l’idée que je soutiens et que je veux soumettre à l’examen des questions et des remarques de tous ceux qui voudront y participer… Merci!


Vincent Coquaz vs Jean-Claude Carrière. Son argument historique contre les dangers du référendum ne tient pas politiquement…

Dans son article, le vrai sujet, sur lequel Vincent Coquaz n’apporte aucun éclairage, n’est-il pas que: si « l’écrivain Jean-Claude Carrière a estimé à tort que les régimes des deux dictateurs (MUSSOLINI ET HITLER) ont « commencé comme ça », en évoquant le référendum d’initiative citoyenne » et que donc, le référendum d’initiative citoyenne ne serait pas dangereux, contrairement à ce que dit cet écrivain, ça ne fait pas pour autant de ce référendum d’initiative citoyenne le moyen-clé que 70% des citoyens voient en lui pour s’adresser enfin au pouvoir dans de meilleures conditions que actuellement… 

Et à ce propos, si ce journaliste de Libération marque un point contre Jean-Claude Carrière au plan historique, au plan politique avec cette « crise des gilets jaunes » qui est au cœur de nos préoccupations, il reste très évasif…

Car, rien ne dit en effet que ce référendum n’a pas une certaine dangerosité; ou à tout le moins qu’il ne nous fait pas passer à côté d’une solution plus efficace…  

Laquelle selon moi ne peut que résider dans l’instauration d’un espace citoyen numérique et autre financé précisément par les retombées d’une révision citoyenne du financement des partis liés au pouvoir en place…


Politique et environnement: un système dont le moteur à explosion tourne sur 3 pattes

Assez du politique, des médias et des intellectuels SANS LES CITOYENS!

Le gouvernement veut d’une transition énergétique qui fonctionne: il doit activer le piston citoyen enrayé par près de 50 ans de mise au placard de tout un peuple. Ou c’est tout le système qui explosera. Et comme nous l’a dit Montesquieu des civilisations, il aura péri par l’exagération de ses principes…

Afin donc d’éviter le pire, le clash, c’est bien le moteur à explosion du système qu’il faut revoir, et le piston citoyen qui doit être activé. C’est souhaitable vu la nécessité d’un nouveau départ avant que tout s’arrête, car cela finira ainsi sinon… Mais c’est possible aussi politiquement, financièrement, et autre…

Retrouvons-nous dans un de mes prochains articles qui se proposera de donner quelques pistes concernant ce peuple placardisé, la nécessité primordiale d’une renaissance de la vie politique et la révision du financement des partis appartenant à la majorité qui mettra fin à l’un et qui conduira à l’autre selon moi..


Les gilets jaunes: un mouvement issu de la colère de tout un peuple qu’on doit à 50 ans d’incurie du pouvoir

Pendant près de 50 ans, le pouvoir, à l’appui de l’autorité d’une technocraties débridée qui a voulu tout contrôler, n’a eu de cesse pendant ces cinquantaine dernières années d’écarter par trop le pays de la Constitution telle qu’elle avait été conçue dans «la perspective tracée par le général de Gaulle» .

Les lieutenants de cette entreprise de remises en cause douteuses de la Ve République ou de bricolages politiques sortis d’une méthodologie proche du caporalisme ou autre du genre et à visée notamment européistes pour la contourner, n’ont jamais accepté cette réforme de la Constitution engagée par le général de Gaulle en 1962 permettant l’élection du Président de la République au suffrage universel.

Ce fut pourtant une prévoyance qu’il voulut avoir pour que le peuple en cas de grands périls que feraient courir par une tendance que pourraient avoir ceux qui nous dirigent à abuser de leurs prérogatives par exagération des principes républicains, démocratiques définis dans la Constitution.

Globalement, ceux qui nous dirigent depuis si longtemps ne veulent plus de la Constitution (qu’on dit abusivement depuis peu avoir été taillée sur mesure pour le général de Gaulle mais que lui avait voulu pour les français.

Et les membres du gouvernement actuel, prétendument déterminé à faire ce que les membres des gouvernements précédents n’ont pas eu le courage de faire, ne font pas autrement si ce n’est que par un effet trompeur du fonctionnement en zigzag qui consiste dans ce que les gouvernements en place font depuis 50 ans: vouloir faire croire toujours qu’il fait ce que les autres avant lui n’a jamais eu le courage de faire.

Mais nous sommes toujours sur le même registre de langue propre aux abstractions arbitraires du pouvoir.

(Voir prochainement le 2ème épisode d’une longue série d’articles qui suivront sur ce sujet difficile des gilets jaunes, de la colère de tout un peuple qu’on doit à 50 ans d’incurie du pouvoir et en quoi selon moi une révision du financement des partis serait appropriée comme pouvant être une des conditions importantes pour contribuer au succès d’une renaissance de la vie politique devenue par tout le monde ou presque une nécessité primordiale mais à laquelle rien d’aucun bord ne semble encore en mesure d’apporter de réponse qu’embryonnaire ou douteuse).


Tout ira en empirant tant que le peuple ne fera pas entendre sa propre voix.

Griveaux commence à nous chauffer les oreilles, avec son «Le ras-le-bol de ces 40 années où on n’a pas fait les choses !». Car, ce que fait dans la précipitation le gouvernement auquel il appartient va de pair avec ce qu’ont fait dans la lenteur les gouvernements précédents qu’il critique. Griveaux, l’hôpital qui se moque de l’infirmerie, la poêle qui se moque du poêlon, cette manie proprement tyrannique très à la mode surtout depuis 18 mois qu’ont les politiques issus des partis de gouvernement de faire retomber leurs erreurs, leurs fautes sur leurs prédécesseurs qu’ils n’ont surpassés en rien. Sauf en pire ou qu’en apparence.

Que se passe-t-il qui montre qu’il en est bien ainsi quand depuis près de 50 ans ils n’ont fait que « ne pas faire les choses » ce dont accuse Griveaux ses prédécesseurs et ce qu’il appelle agir, soit ce que fait le pouvoir en place sans tenir compte le moins du monde de la situation des français qu’il aggrave de jour en jour. Il n’y a pas de différence. Il n’y en a pas parce que si c’était sur le registre de l’inaction que les gouvernements antérieurs étaient critiquables, ça procédait des mêmes fautes qui étaient au grand jamais de ne pas tenir compte de la situation des français…

Et bien si on comprend ce que parler veut dire, tout ce qu’on doit à l’arrivée d’E Macron ne peut être vue que comme un durcissement des politiques antérieures.

Avant alors de nous demander comment faire pour que ça change, la question devant venir à l’esprit est quand, à partir de quoi tout deviendra enfin possible.

C’est tout simple: lorsque le peuple aura sa propre voix, et qu’il se donnera les moyens politiques de base pour la nourrir, la développer, l’organiser, la faire entendre… S’il veut s’en donner la peine, regarder où il faut, tout cela est à portée de main, à sa portée comme il va s’en rendre compte en emboîtant le pas dans celui des « gilets jaunes »; mais à leur suite politiquement et ce dans l’harmonisation des idées et des connaissances de tous les citoyens…


Sur qui compter parmi les opposants à Macron vus par les français comme pouvant jouer un rôle important…

Que les opposants à Macron se renforcent ne prouve pas que Macron est mis en difficulté . Du moins pas comme on pourrait le penser.

Le tableau que nous dresse Carl Meeus du paysage politique en France montre surtout qu’elle est partagée entre plus de 25 minorités.

C’est en soi assez surprenant. Mais avec ceci de très particulier que parmi celles-ci c’est la minorité que Nicolas Hulot représente qui fait le meilleur score devant toutes les autres figurant au tableau alors qu’il n’est pas un politique mais un ancien présentateur vedette de TV; au même titre que l’astronaute Claudie Haigneré, David Douillet et tant d’autres qui n’en étaient pas non plus des politiques.

Autre particularité, de taille celle-là, ces minorités se présentent globalement en 2 catégories distinctes dont celle qui recueille le plus de soutien est aussi celle qui porte sur les minorités la plus divisées et incapables de s’entendre. Vient ensuite la catégorie des minorités qui recueillent moins de soutiens mais qui concernent des populations plus homogènes qu’il n’y paraît.

Elles peuvent se montrer divisées contre Macron aussi vite qu’elles peuvent se retrouver réunis derrière une même tête de liste qui obéit à celui (en l’occurrence Macron) auquel ces populations se disaient opposées quelques temps avant…